« Pour ceux qui n’osent pas, je leur dis, foncez ! » : au festival de courts-métrages 1minute2court, la réalisatrice Héloïse Caretto aimerait recevoir des films comtois

Réalisatrice et comédienne à attache jurassienne, Héloïse Caretto est co-fondatrice du festival de courts-métrages 1minute2court. Elle espère revoir des paysages de la région à travers des réalisations.

« Je n’ai reçu aucun film franc-comtois ». La région, elle la connaît bien. Le Jura, encore mieux. Elle y a tourné son deuxième court-métrage Aller-retour. À tout juste 30 ans, Héloïse Caretto est sur tous les fronts. Réalisatrice, comédienne et depuis quelques années, co-fondatrice du festival 1minute2court, premier festival de courts-métrages sur Instagram. Le concept est simple : les candidats proposent un film d’une minute sur un thème imposé. Pour cette cinquième édition, il s’agit du secret.

« On a créé ce festival sur Instagram après le confinement, car on s’est rendu compte que les gens étaient beaucoup connectés pendant cette période, c’est ce qui nous rattachait les uns aux autres. On s’est jeté à cœur ouvert dans ce projet, en partant de rien et ça a vite marché », développe la jeune femme. Derrière ce « on » ? Une fidèle équipe de quatre amis : Baptiste Brégeaud, Camille Gardereau, Romain Poli et Héloïse Caretto.

Bientôt des films de Franche-Comté ?

Si la première édition a reçu 50 courts-métrages, ce sont 203 réalisations qu’il a fallu visionner l’an passé. « Cette année, on en attend entre 300 et 400 », précise la comédienne. Île de la Réunion, Marseille, Angers ou encore Lille, les participants viennent des quatre coins de la France. Ou presque. Pour l’instant, aucune proposition n’a émané de chez nous. « Ça me ferait grand plaisir de voir des paysages comtois et de continuer à rencontrer des gens de la région », espère Héloïse. 

Ses parents étant originaires de Dole, celle qui a grandi sur l’île de la Réunion, a néanmoins passé toutes ses vacances d’été et d’hiver dans sa maison de famille à Mouchard. Lui donnant même l’idée d’y tourner son court-métrage Aller-retour¸ co-réalisé avec son compagnon de vie, Camille Gardereau. « On n’a pas pu l’envoyer à beaucoup de festivals, car on n’avait pas de financements et les inscriptions peuvent aller de 20 à 100€. On aurait aimé pouvoir faire des rencontres et avoir un festival gratuit », explique la jeune femme. Car l’objectif est de continuer à proposer une inscription non payante.

À lire aussi : "Dans un thriller glacial et loufoque, la comédienne et réalisatrice Héloïse Coretto fait la part belle au Jura"

Une minute pour oser

Jusqu’au 20 mai, il est possible d’envoyer son film ainsi qu’une affiche sur le site internet du festival. Un comité secret regroupant une dizaine de personnes de tous corps de métiers visionne chaque réalisation, elles seront toutes publiées sur le compte Instagram d’1minute2court. 40 projets seront sélectionnés et présentés devant un jury de professionnels avec comme président cette édition, l’acteur Pierre Deladonchamps. « Ce défi avec seulement une minute permet de se lancer, d’avoir moins peur et les réseaux sociaux permettent les rencontres », note Héloïse.

Plusieurs prix sont à décrocher : une bourse CNC Talent d’écriture, une location de matériel de Cosmik Vidéo, ou encore des stages Meisner d’acting aux Cours Peyran Lacroix, là où notre comédienne a débuté. Plusieurs années plus tard, son enthousiasme lui permet de tracer sa route. « Avec cette condition d’une minute, il n’y a aucune raison de ne pas participer. Alors prenez votre caméra, on peut faire de très beaux films avec peu de moyens, même si ça prend du temps et que ça demande du travail. Pour ceux qui n’osent pas, je leur dis foncez. Et pour ceux qui osent, je leur dis, amusez-vous. Vive le cinéma ! ».

 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité