Sa cérémonie des vœux annulée à cause du Covid, ce maire du Jura trouve un tracteur et fait le tour du village avec son conseil municipal

Publié le

Pour la deuxième année consécutive, Daniel Bertocchi a dû annuler ses vœux de Bonne année. Alors, le maire de Miéry dans le Jura a eu une idée : trouver un tracteur, et emmener tout son conseil municipal à la rencontre de ses administrés.

C'est un drôle d'attelage que les habitants de Miéry, dans le Jura, près de Poligny, ont pu croiser ce dimanche 16 janvier. Une charrette, décorée de banderoles pour leur souhaiter la bonne année et tirée par un tracteur, a fait le tour de leur petit village avec à son bord, leur conseil municipal. Un cortège, à l'initiative de leur maire, Daniel Bertocchi : "Si on ne peut pas le faire à l'intérieur, alors faisons-le à l'extérieur". 

Car c'est la deuxième année consécutive que ce maire rural a dû annuler, en raison du covid, sa cérémonie des vœux. En fait, l'édile n'a jamais pu en organiser depuis son élection au printemps 2020. Or, "si on n'a pas d'échange avec les habitants, on ne peut rien construire". Qu'à cela ne tienne, Daniel Bertocchi a trouvé une alternative : "plutôt que de faire venir les habitants dans une salle des fêtes, j'ai choisi de faire venir les conseillers municipaux aux habitants", raconte-t-il, "je me suis dit 'on pourrait mettre tout ce monde sur un plateau, faire tirer ça sur un tracteur, et aller à la rencontre des habitants' ".

Arrivée en fanfare, discours et verre de l'amitié

Alors, ce dimanche, tambour en tête, son conseil municipal a fait le tour du village, et s'est arrêté dans cinq lieux différents pour présenter aux riverains attirés par le bruit son discours de bonne année. Un "verre de l'amitié", toujours en extérieur, concluait chaque étape. 

Une délégation qui avait de quoi surprendre les habitants, qui n'étaient pas prévenus, mais qui leur a bien souvent donné le sourire. "Je ne m'attendais pas du tout à voir arriver un tel char, mais j'ai trouvé ça extraordinaire" confie une riveraine. "Pour un petit village de 150 habitants, je trouve que c'est bien" complète un voisin.

Donner le sourire à ses administrés, c'était bien l'objectif de Daniel Bertocchi, qui l'affirme : "cette pandémie est là, mais la terre tourne encore, et nous, on veut positiver et avancer".