L’envolée du Front National en Bourgogne Franche-Comté

© France 3 Franche-Comté : maxppp
© France 3 Franche-Comté : maxppp

La Franc-Comtoise Sophie Montel, tête de liste du FN pour la Bourgogne Franche-Comté, l’avait annoncé, son parti « porte une dynamique ». Le Front National arrive en tête dans sept des huit départements de Bourgogne Franche-Comté avec 31.48 % des voix en Bourgogne Franche-Comté.

Par Isabelle Brunnarius

Les Républicains-UDI de François Sauvadet n’obtiennent que 24% et la liste PS-PRG de Marie-Guite Dufay 22.99%.

Le Front National fait désormais quasiment jeu égal avec le Parti Socialiste et Les Républicains-UDI. Il y aura donc une triangulaire en Bourgogne Franche-Comté.

En Franche-Comté, le Front National obtient au total 136 393 voix soit 26 955 voix de plus que pour le deuxième tour des élections départementales de mars dernier. A noter que dans les bassins de vie fortement touchés par le chômage sont plus enclin à voter pour le Front National. A Valentigney, le taux de chomâge était de 21.3% en 2012. Dans cette commune, le Front National obtient à un score de 41.48% . Dans un sondage IPSOS réalisé avant le premier tour au sujet des intentions de vote, il est précisé que le chômage est la priorité de 48% habitants de Bourgogne Franche-Comté ( 44% des Français).

Retour sur un parcours politique


Lors des premières élections régionales en 1986, le conseil régional de Franche-Comté ne comptaient que 4 élus. En 1992, le parti de Jean-Marie Le Pen obtient un élu de plus. Six ans plus tard, Sophie Montel  est élue pour la première fois au conseil régional  avec huit autres militants FN. De 60 404 voix en 1992, le parti d’extrême droite engrange 16 738 voix de plus.
Cette année-là, le président Jean-François Humbert refuse d’être élu à la présidence de la Région avec les voix du FN et démissionne immédiatement. Une première en France. La droite et la gauche s’allient alors pour permettre à l’UDF Jean-François Humbert de présider la région sans les voix du FN.
Pour les élections régionales de  2010, le parti d’extrême-droite enregistre un repli en France comme en Franche-Comté. Nicolas Sarkozy, élu à la présidence de la République en 2007, s’était fixé comme objectif de « siphonner » les voix FN. En Franche-Comté, le Front National totalisait 52 440 voix soit 13.14% des suffrages et obtenait 4 élus dont Sophie Montel. Le vote anti-Sarkozy bénéficie essentiellement à la gauche. La carte de France des conseils régionaux devient toute rose sauf en Alsace qui reste à droite.

Depuis la présidentielle et les législatives remportés par la gauche en 2012, le Front National amorce une remontée inexorable . Voici le nombre de voix obtenues par ce parti en Franche-Comté :
Premier tour des Présidentielles d’avril 2012 : 141 969 voix
Premier tour des Législatives de juin 2012 : 74 370 voix
Premier tour des Européennes de mai 2014 : 106 007 voix
Premier tour des Départementales de mars 2015 : 122 994 voix.

Lors de la campagne des Régionales 2015, la candidate Sophie Montel déclarait à nos confrères de Francetv info

« Depuis 2012, notre dynamique électorale est continue tant en Bourgogne qu’en Franche-Comté »


Une consécration pour Sophie Montel. Depuis 20 ans, elle enchaîne les mandats électoraux : conseillère municipale à Besançon puis à Montbéliard, conseillère régionale et depuis 2014, députée européenne. Une carrière entièrement consacrée à la politique alors même que son parti critique les professionnels de la politique des autres partis et le cumul des mandats. 

Pour ce second tour, Sophie Montel espère améliorer son score :

« Comment gagner ? Nous avons des réserves de voix chez les abstentionnistes; chez Debout Pour la France, chez les Républicains, je ne fais un appel du pied à personne. J'appelle les patriotes à se rassembler au second tour face au système UMPS. »


Déclarait-elle sur notre antenne.

Quel scénario pour le second tour ?

Selon un sondage Ipsos-Sopra Steria paru jeudi, la triangulaire en Bourgogne Franche-Comté ( FN-PS-LR/UDI) serait favorable à la liste des socialistes conduites par Marie-Guite Dufay, la seule femme présidente de région sortante. Les résultats de cette triangulaire seraient très serrés, Marie-Guite Dufay prendrait les rênes de la nouvelle grande région (35%) juste devant le centriste François Sauvadet ( LR-UDI) 33%  et Sophie Montel (FN) de 32%.

A lire aussi

Sur le même sujet

Episode 4

Les + Lus