La Ligue de protection des oiseaux veut créer 100 refuges en Bourgogne-Franche-Comté

Si vous avez un arbre mort dans votre jardin ne l'abattez pas, vous pourriez devenir refuge pour la LPO.  La Ligue de Protection des Oiseaux lance une opération 100 refuges en Bourgogne Franche-Comté, une idée née en 1921. Il y a urgence, 40% des espèces d'oiseaux sont en danger d'extinction.

L'étourneau sansonnet fait partie des espèces susceptibles d'être accueillies dans nos parcs et jardins.
L'étourneau sansonnet fait partie des espèces susceptibles d'être accueillies dans nos parcs et jardins. © Denis Colle France 3 Franche-Comté

Il y a tout juste cent ans, la Ligue de protection des oiseaux créait son premier refuge. Il s'agit à l’époque de restaurer la forêt domaniale de Mormal dans le Nord (59), ravagée par les obus de la première guerre mondiale. Grâce à un généreux don américain de la Permanent Wild Life Protection Fund, la ligue fait en sorte de reboiser le site pour protéger la nature.

Cent ans après, le pays compte 35 000 refuges labellisés. Il peut être tout petit, en ville ou à la campagne, balcon, terrasse, jardin de particulier, mais aussi espace vert communal, cour d'école, parc d'hôpital... Au total  45 000 hectares sont aujourd'hui préservés.

Le principe d'un refuge LPO

Comme son nom l'indique, le refuge tel que l'entend la LPO, se veut un endroit où l'oiseau est à l'abri de tout ce qui le menace par ailleurs : emploi de pesticides et insecticides, fauche précoce, nettoyage excessif des réserves de nourriture (arbres morts, souches)...Tout un chacun, particulier, membre d'une collectivité ou chef d'entreprise, peut donc être à l'origine de la création d'un refuge LPO dans son environnement. Une démarche en quatre étapes à portée de clic. 

Devenir refuge LPO est une opération assez simple en quatre étapes.
Devenir refuge LPO est une opération assez simple en quatre étapes. © LPO

La ligue propose également des conseils et aménagements pour faire cohabiter votre chat avec les oiseaux du jardin parfois très dérangés par une pression féline sur un espace restreint. Il s'agit de laisser des zones de refuge (buissons, tas de branches, infractuosités dans la pierre) pour les passereaux, petits rongeurs ou lézards, créer des mangeoires en hauteur et entourer les zones sensibles de répulsifs olfactifs ou physiques mais sans danger pour les chats. 

Découvrez notre reportage de ce dimanche 21 février.

La LPO veut créer 100 refuges en BFC

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
animaux nature environnement