Laïcité mode d'emploi : voile, foulard, kippa, burqa, croix, turban... que dit la loi ?

© Vincent Voegtlin - maxPPP
© Vincent Voegtlin - maxPPP

Vous êtes perdus dans ces questions de voile ? Peut-on le porter dans un conseil régional ? Peut-on porter le voile quand on est religieuse dans une maison de retraite ? Quelles sont les règles dans la rue, à l'école, dans les services publics ? On vous explique tout. 

Par Sophie Courageot

Chez vous

A votre domicile, toute personne est libre de pratiquer sa religion et d'en porter les signes distinctifs comme le voile pour les femmes musulmanes ou la kippa pour les hommes de confession juive. C'est un espace privé. 


Dans la rue

Chaque citoyen est libre là aussi de porter des signes distinctifs. Un turban dans le métro, une femme voilée qui entre dans un commerce ou va chercher ses enfants à l'école. Ceci est autorisé. La République laïque garantit à chaque citoyen de pouvoir pratiquer sa religion et d'en changer s'il le souhaite. Et ce dans le respect bien sûr des autres. 
Une nuance tout de même pour ce qui est de la rue : la loi du 11 octobre 2010 interdit la dissimulation du visage dans l’espace public. Le port du voile intégral, la burqa est donc contraire à la loi dans l’espace public en France.


Dans les écoles

Dans les écoles privées, le port de signes distinctifs religieux est possible.

Dans les écoles publiques, la loi du 15 mars 2004 encadre le port de signes ou tenues manifestant une appartenance religieuse. Les élèves ne sont pas autorisés à porter des signes dits ostentatoires. Pas de foulard, pas de kippa, de turban... seuls les signes discrets sont autorisés, comme une croix, un bijou jugé discret. 

L'enseignant qui est fonctionnaire de l'Etat doit lui respecter de son côté la neutralité. Et ne peut afficher de façon vestimentaire sa religion. 
 
La laïcité à l'école
 


Dans les services publics et ses fonctionnaires

Les agents de l'Etat et des services publics doivent être neutres. Un policier, un juge, un agent des impôts, une secrétaire de mairie, ne peuvent pas porter le voile ou une kippa lors de leurs fonctions. Ils peuvent le faire uniquement sur un temps de vie privée ou dans la rue. 


Dans une maison de retraite publique

Une religieuse catholique peut y porter son voile. L'affaire de Vesoul en Haute -Saône où une soeur a été refusée d'une maison de retraite parce qu'on exigeait d'elle qu'elle retire son voile montre une méconnaissance de la loi par certains services administratifs. Rien n'autorisait le CCAS de Vesoul à exiger un retrait du voile pour cette dame. Le maire de Vesoul Alain Chrétien a reconnu "une erreur d'appréciation" et s'est engagé à trouver une place en foyer à cette religieuse, si elle le souhaitait encore. 
 
© Alex Baillaud - maxPPP
© Alex Baillaud - maxPPP

 

Dans un Conseil Régional

La femme qui accompagnait son fils lors d'une sortie scolaire en octobre dernier au conseil régional de Bourgogne Franche-Comté était en droit de porter son voile. Elle se trouvait dans l'espace public.

Un élu dans cet hémicycle qui aurait souhaité porter le voile aurait pu le faire lui aussi. 

Le principe de neutralité ne s'applique pas aux élus sauf s'ils travaillent dans un service public par exemple. Cependant, il est recommandé aux élus lorsqu'ils participent à titre officiel à des cérémonies religieuse de ne pas témoigner par leur comportement, d'une adhésion manifeste à une culte indique l'Observatoire de la laïcité.
 

C'est quoi la République dite laïque ? 

S'il fallait donner une date de naissance à la République laïque, elle serait celle du 9 décembre 1905. Ce jour-là, les députés adoptent la loi qui sépare l'Eglise de l'Etat. Etat d'un côté, Eglise de l'autre, chacun vit sa vie et n'interfère dans les décisions des autres. 
En 1905, la vision du député républicain-socialiste Aristide Briand partisan d'une laïcité sans excès l'emporte. 
Dans notre pays, la laïcité garantit la liberté de culte, du moment que les manifestations religieuses respectent l’ordre public. La liberté de croyance est possible pour tous. Aucune croyance ne se place au-dessus des autres. 

Le 24 octobre alors que le débat sur le port du voile était une nouvelle fois relancé, Emmanuel Macron s'était exprimé sur le sujet depuis La Réunion :  "Le port du voile dans l'espace public n'est pas mon affaire. Dans les services publics, à l'école, c'est mon affaire", a-t-il dit.
"Dans les services publics, il y a un devoir de neutralité. Quand on éduque nos enfants, on demande qu'il n'y ait pas de signe religieux ostentatoire. Après, ce qui se passe dans l'espace public, c'est pas l'affaire de l'Etat ou du président de la République", avait-il dit rappelant finalement juste le principe de la laïcité sur la question du voil objet régulier de joutes et de visions politiques qui s'affrontent.


 
La laïcité expliquée en 3 minutes
Film de l’association Coexister, lauréat d’une mention spéciale du Prix de la laïcité de la République française 2016

 

En savoir plus sur la laïcité

Le site gouvernemental propose toute une série de fiches pratiques sur les questions de laïcité. 

 

  • La gestion du patrimoine
  • La restauration scolaire
  • La gestion des cimetières
  • Les subventions accordées aux associations cultuelles
  • La mise à disposition des locaux et équipements communaux
  • Les manifestations religieuses sur la voie publique
  • Les demandes de non-mixité
  • La laicité dans la fonction publique 
  • Les collaborateurs du service public
  • Rapport personnel des français à la religion
  • La gestion du fait religieux en entreprise privée
  • Les usagers du service public
  • La laïcité durant le service civique
  • L'enseignement laïque des faits religieux à l'école
  • La laïcité dans les collectivités d'Outre-Mer

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus