Le feuilleton : Des Bourguignons à Austerlitz !

Images de la reconstitution de la bataille d'Austerlitz, décembre 2015 / © FTV
Images de la reconstitution de la bataille d'Austerlitz, décembre 2015 / © FTV

Le feuilleton s'intéresse à un phénomène de loisirs qui se développe de plus en plus : les "reconstituteurs". Ce sont des gens ordinaires, pris d'un profond respect pour l'histoire, une passion qui les amène à reproduire l'Histoire en costumes, le plus fidélement possible, ici, le Premier Empire.

Par F.L.

Des reconstituteurs, respectueux de l'Histoire

Notre feuilleton s'intéresse à une association de passionnés du Premier Empire, l'association icaunaise "Jean-Roch Coignet - grenadiers de la Garde Impériale"
Les membres composant cette association sont des collectionneurs, des peintres de figurines, des historiens et des érudits, qui ont très vite voulu faire revivre le 1er Régiment de Grenadiers à pied de la Garde Impériale.
Les activités évolues cependant depuis 2006 de plus en plus vers les bivouacs de reconstitutions historiques.
Première association en France de reconstitution d’infanterie du 1er Empire, par le nombre de ses adhérents, elle est aussi la plus ancienne.

Avant Austerlitz, les préparatifs

Les passionnés vont partir pour reconstituer la bataille d'Austerlitz, 210 ans plus tard. Mais auparavant, des derniers préparatifs s'imposent, retouches  sur les costumes et accessoires, dans un souci permanent du détail.
De plus, les membres vont rendre un hommage napoléonien au cimetière d'Auxerre devant le caveau du caporal Jean-Roch Coignet :
Jean-Roch Coignet est né le 16 août 1776 à Druyes-les-Belles-Fontaines dans l’Yonnes et est décédé à Auxerres le 10 décembre 1865. Les membres de l'association , devant le caveau de Jean-Roch Coignet, au cimetière d'Auxerre / © FTV
Il a pu se distinguer à différentes reprises comme soldat de Napoléon lors de son service dans la Grande Armée Impériale. Pendant ses longues années de service, il a tenu différents carnets dans lesquels il annotait les parties les plus marquantes de sa vie militaire. Ses états de service au Grand Quartier Général de l’Empereur ainsi que la publication de ses mémoires ont grandement participé à sa notoriété.

Le premier épisode du feuilleton, par Marilyne Barate et Isabelle Rivierre

Intervenants :
  • Pierre Pagès, passionné de reconstitution napoléonienne, président de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Florent Bazatte, passionné de reconstitution napoléonienne
  • Philippe Bézanger, passionné de reconstitution napoléonienne

F1 Des Bourguignons à Austerlitz !
Reproduire l'histoire en costumes, le plus fidèlement possible, est un loisir qui est désormais partagé par des milliers de Français. Notre pays compterait 2.000 associations réunissant ces passionnés. Notre feuilleton, nous fait découvrir l'une d'entre elle basée dans l'Yonne. L'association "Jean-Roch Coignet", du nom d'un soldat de Napoléon, rassemble des mordus du premier Empire. Maryline Barate et Isabelle Rivierre ont suivi ses adhérents lors de la reconstitution de la bataille d'Austerltiz le mois denrier. Mais dans ce premier épisode, l'heure est aux préparatifs. Regardez!

 

Slavkov u Brna, anciennement connu sous le nom d'Austerlitz

19 heures de route ont été nécessaires aux "reconstituteurs" pour rejoindre la plaine de Slavkov, en République Tchèque, depuis la Bourgogne.
En 210 ans, la plaine d'Austerlitz n'a pas beaucoup changé, le champ de bataille fait place maintenant à des parcelles de champs cultivés.
Les reconstituteurs sont hébergés dans une ancienne caserne tchèque. La veille de la reconstitution, ils effectuent la visite de lieux chargés d'histoire, comme le château de Slavkov, où Napoléon signa l'armistice mettant fin à la guerre de la Troisième Coalition. Les Grenadiers défilent dans les jardins du château de Slavkov / © FTV

La bataille d'Austerlitz, la plus célèbre de Napoléon Bonaparte

Cette victoire de Napoléon effaçait le désastre naval de Trafalgar et permettait à l'Empereur de conclure la guerre de la Troisième Coalition
C'était sa victoire personnelle, une écrasante domination remportée à la date anniversaire de son sacre en tant qu'empereur des Français.
Napoléon ne créa jamais, parmi ses maréchaux, de duc ou prince d'Austerlitz, c'était sa victoire et un instrument de légitimité de son pouvoir.

Quelques chiffres 
160 000 hommes ont combattu, 75 000 français, opposés à 60 000 russes et 25 000 autrichiens
champ de bataille d'environ 150 km2
6 heures de combats qui ont coûté 9 000 tués, blessés et prisonniers aux vainqueurs, et 27 000 aux vaincus.
Le bilan total côté français : 1300 tués, 7000 blessés.

Le second épisode du feuilleton, par Maryline Barate et Isabelle Rivierre

Intervenants :
  • Pierre Pagès, président de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Philippe Bézanger, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Max Bauchy, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Georges Marchand, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
F2 Des Bourguignons à Austerlitz !
Depuis dix ans, les troupes de « reconstituteurs » se multiplient en France. Toute cette semaine, dans notre feuilleton, nous suivons des adhérents de l'association Jean-Roch Coignet, basée dans l'Yonne. Elle rassemble des passionnés du premier Empire. Bicentenaire de l'abdication de Napoléon oblige, l'année 2015 a été riche en événements pour eux. Mais, sans conteste, la reconstitution de la bataille d'Austerlitz restait le rendez-vous qu'ils n'auraient pas voulu rater. Elle a eu lieu tout début décembre, comme en 1805.

Des passionnés de toutes origines

Une passion commune parmi les 17 nationalités représentées chez les reconstituteurs, celle de l'Histoire. Mais la veille de la Reconstitution, on trinque et on chante !
Et les origines sociales sont bien effacées lors de la fraternisation entre les troupes.

La Reconsitution, première étape, la répétition

Pour garder un ensemble cohérent, et aussi pour des raisons de sécurité, les bataillons se forment et vont répéter les mouvements toute la matinée.
1800 personnes vont participer à l'évènement.
Pour éviter tout accident comme un coup de baïonnette ou un fusil qui explose, les manoeuvres vont s'enchaîner.
L'avantage est que tout les participants connaissent le scénario !

Le troisième épisode du feuilleton, par Maryline Barate et Isabelle Rivierre

Intervenants :
  • Aldo Bazatte, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Fabrice Watts, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Mark Schneider, comédien américain et sosie officiel de Napoléon
F3 Des Bourguignons à Austerlitz !
Suite de notre feuilleton sur ces passionnés de Napoléon qui, le temps d'un week-end, se glissent dans la peau d'un grognard ! La reconstitution de la bataille d'Austerlitz approche à grands pas. Et vous allez le voir, ce soir, cette passion de l'histoire transcende les différences d'âges et de milieux. Festive, elle offre une parenthèse, loin de son quotidien pour tous ces mordus d'histoire.

Reconstitution fidèle pour une bataille démesurée

1800 figurants, 20 canons : il faut au moins cela pour arriver à traduire la démesure de la bataille de l'époque !
Les bataillons se forment pour la Reconstitution / © FTV
Pour le plaisir des spectateurs, les combats vont se dérouler sur près de 3 heures, alors que dans la réalité, 210 ans auparavant, ils avaient duré sur la journée entière.

Le dernier épisode du feuilleton, par Maryline Barate et Isabelle Rivierre

Intervenants :
  • Constant Laurent, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Philippe Besse, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Oleg Sokolov, historien russe spécialiste de Napoléon
  • Pierre Pagès, président de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
  • Jean-Marie Essique, adhérent de l'association de reconstitution historique Jean-Roch Coignet
F4 Des Bourguignons à Austerlitz !
Notre plongée dans l'histoire napoléonienne aux côtés de « reconstituteurs » de l'association bourguignonne Jean-Roch Coignet s'achève. Dernier épisode où ces passionnés se glissent complètement dans la peau de leurs personnages en foulant la plaine d'Austerlitz, armes en mains. Ils rejouent cette bataille mettant aux prises Napoléon d'un côté, et de l'autre, les Autrichiens et les Russes, financés en sous-main par les Anglais. Pour les 1800 figurants, c'est l'apothéose spectaculaire de leur week-end ! La météo était même presque raccord avec un splendide soleil rouge éclairant la scène... comme en 1805.

Equipe technique feuilleton :

Montage : Lucille Feuillebois
Son : Antoine Bergey

Sur le même sujet

Les + Lus