• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Une manifestation pour demander la fermeture de l’élevage de chiens de Mézilles

© www.one-voice.fr
© www.one-voice.fr

Une nouvelle manifestation a été organisée samedi 7 septembre pour demander la fermeture de l'élevage de chiens de laboratoire, à Mézilles, dans l’Yonne. Des expériences sont menées sur les beagles et golden retrievers élevés au centre d’élevage des Souches.
 

Par B.L.


"Non à l’expérimentation animale", c’était le mot d’ordre de la manifestation organisée par le Collectif Contre l’Expérimentation et l’Exploitation Animales, One Voice et de nombreuses autres associations de protection des animaux samedi 7 septembre 2019.
 
Les conditions d'élevage de chiens à Mézilles font toujours polémique
Le centre d'élevage de Mézilles dans l'Yonne fait polémique depuis son ouverture il y a 45 ans. Des animaux y sont élevés pour servir à des expérimentations scientifiques, en laboratoire. Une pratique cruelle et dépassée pour les militants de la cause animale, qui demandent sa fermeture. - France 3 Bourgogne - Gabriel Talon, Christophe Gaillard, Patrick Genevois, Vincent Chapuis, Guy Marlier

Cela fait des années que les défenseurs de la cause animale se battent pour obtenir la fermeture du CEDS (Centre d’Elevage Des Souches) installé à l’écart du village de Mézilles, dans l’Yonne. Ces chiens (des Beagles surtout, mais aussi Golden Retrievers) sont destinés à des centres d’expérimentation animale. 

 
Les associations de protection des animaux demandent la fermeture de l'élevage de chiens de laboratoire, à Mézilles, dans l’Yonne.
Les associations de protection des animaux demandent la fermeture de l'élevage de chiens de laboratoire, à Mézilles, dans l’Yonne.


"On sait désormais que l’expérimentation animale n’est pas fiable d’un point de vue scientifique – car nous ne sommes ni des Golden Retrievers, ni des rats de 70 kilos ! Aujourd’hui, la réglementation européenne permet – et même impose – des méthodes substitutives afin de ne plus infliger de tortures cruelles et inutiles aux animaux.

Ces tests alternatifs – on peut citer la modélisation mathématique, l’analyse biologique, l’autopsie, la toxicogénomique ou encore les cellules souches – à la fois sont gages de fiabilité et respectent l’éthique puisqu’ils ne sont pas opérés sur des êtres « sentients », c’est-à-dire capables de souffrir physiquement et psychologiquement", déclarent les associations de défense des animaux.



 

 

Quel était le programme de la manifestation ?

Des manifestants venus d'un peu partout sont arrivés par autocar ou covoiturage.

Un village associatif était installé sur la place de Mézilles. C’est de là qu’une marche est partie aux alentours de 13h pour se rendre devant le centre d’élevage, où une prise de parole a eu lieu avant le retour à Mézilles.


Michel Carré, le propriétaire du centre du CEDS, est adjoint au maire de Mézilles. Il a refusé que le centre d’élevage soit filmé et a simplement déclaré à France 3 Bourgogne par téléphone qu’il "est mensonger de dire qu’il est possible de se passer de l’expérimentation animale pour faire avancer la recherche médicale".

 
Le reportage de Gabriel Talon, Christophe Gaillard, Francis Nivot et Guy Marlier avec :
- des manifestants
- Marc Vallaud, président du collectif contre l’expérimentation et l’exploitation animales

 
A noter que des élus et des cadres du Rassemblement national (ex Front National) avaient fait le déplacement. Parmi eux, il y avait notamment Julien Odoul, président du groupe Rassemblement National au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

Cette présence a irrité les organisateurs de la marche, qui ont donc demandé aux représentants du RN de rester en marge de la manifestation.

 



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dole : du foot mixte au lycée

Les + Lus