• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Messe, dégustation, repas gastronomique : le programme de la Pressée du vin de paille à Arlay

Image d'illustration. / © DR
Image d'illustration. / © DR

Ce dimanche 20 janvier, pour sa 11e édition, le programme de la Pressée du vin de paille évolue...

Par MD

C'est presque devenu une tradition dans la Jura. Pour la 11e année, la Pressée du vin de paille s'est tenue à Arlay ce dimanche. Et cette année, le programme de la manifestation est (un peu) différent.

Si les éditions précédentes ont été entachées par une météo capricieuse, la cuvée 2019 s'annonce sous les meilleurs auspices. Elle commencera, comme tous les ans, par une célébration religieuse à l'église avec l’harmonie et la commanderie à 10h.
 

Commencera ensuite la vente et la dégustation des verres de la Pressée du vin de paille, dès la sortie de l'église à 11h. La fameuse Pressée aura lieu à 11h45, sur le parvis de l'église, indiquent les organisateurs.

C'est maintenant que le programme évolue : si auparavant on pouvait se restaurer sur place auprès des artisans ou à la buvette, ce temps est révolu. A la place, un repas gastronomique s'est tenu à 13h30 à l'Orangerie du château d'Arlay, préparé par Marc Tupin de l'Hostellerie de Saint-Germain-lès-Arlay. Près de 300 convives ont pu y participer au tarif de 35 euros par personnes, hors boissons.

 

C'est quoi le vin de paille ?

Un vin rare, presque élitiste. Il est élaboré à partir de grappes sélectionnées avec la plus grande attention afin de ne retenir que les plus beaux fruits. Ces dernières sont ensuite déshydratées pendant plusieurs mois dans une pièce aérée.

Alors pourquoi l'appeler "vin de paille" ? Car les grappes sont disposées sur de la paille pour être séchées pendant au moins six semaines. La fameuse Pressée a lieu entre Noël et fin février. Puis, le vin doit vieillir encore trois ans en petits tonneaux avant d'être mis en bouteille. Il est vendu entre 18 € et 38 € la demi-bouteille.

Le vin de paille ne représente que 1% de la production de vins dans le Jura, mais il est très convoité car c’est un produit traditionnel et haut de gamme, assure l'office de tourisme. Il s'en écoule un peu plus de 200 000 bouteilles chaque année.

Une histoire de terroir, comme la fête de la Pressée veut en raconter. 

A lire aussi

Sur le même sujet

Marche contre l'homophobie à Besançon

Les + Lus