• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Montrond-le-Château : les sangliers qui s'étaient promenés avec des passants ont été tués

Image d'illustration
Image d'illustration

Un arrêté de la direction départementale des territoires a donné l’ordre de tuer les deux sangliers qui avaient accompagné une famille dans sa promenade, à Montrond-le-Château, dans le Doubs, ce lundi. La nouvelle provoque la colère des protecteurs des animaux. Reportage.

Par France 3 Franche-Comté

Drôle de scène lundi à Montrond-le-Château, dans le Doubs. Une famille, en pleine promenade, a été rejoint par deux gros sangliers de 80 kilos, comme le rapportaient nos confrères de l'Est Républicain. Les bêtes, semblent-t-il à leurs aises, ont "escorté" pendant 2 km la famille de promeneurs, alors que ces derniers marchaient sur le chemin communal du Puits de la Belle Louise.

Seulement, ce mercredi 7 mars, un arrêté déposé par la Direction départementale des territoires du Doubs a donné l'ordre d'abattre les deux animaux, "pour des raisons de sécurité publique". Il semblerait que l'un des sangliers ait mordu légèrement une passante. La nouvelle a évidemment provoqué l'ire des défenseurs des animaux, choqués de voir ces deux compagnons de route euthanasiés.

L'association Humanimo avait d'ailleurs lancé une pétition pour éviter l'abattage des sangliers. "Il serait pourtant très simple, par empathie, compassion, mais aussi sens des responsabilités et intérêt scientifique, de les capturer et les diriger vers un refuge animalier" s'indignait l'association mardi, sur sa page Facebook. La mobilisation des amis des animaux n'a pas suffi. Les deux sangliers ont finalement été tués ce mercredi. 

Un reportage de Thierry Chauffour, Cécilia Bres et Mehdi Bensmaïl : 
Montrond-le-Château : le ssangliers ont été abattus
Un arrêté de la direction départementale des territoires a donné l’ordre de tuer les deux sangliers qui avaient accompagné une famille dans sa promenade, à Montrond-le-Château, dans le Doubs, ce lundi. La nouvelle provoque la colère des protecteurs des animaux. Reportage : T. Chauffour, C. Bres et M. Bensmaïl Avec en interview : Bernard Pasteur et Virginie Vernay, Association Humanimo


Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus