• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Morez : la maison de l’émail forme des étudiants en design

© Florence Cicollela
© Florence Cicollela

A Morez, dans le Jura, la maison de l’émail préserve un savoir-faire qui remonte au 18e siècle. Pour que cette technique ne se perde pas, elle propose des formations à l’émaillage à des étudiants en design.
 

Par Fatima Larbi

Jean-Christophe Piffaut a pris la direction de La maison de l’émail, à Morez dans le Jura, il y a un an. Il a été séduit par ce matériau et ce savoir-faire qui faisait travailler 400 personnes à Morez en 1930. A cette époque, les plaques des horloges étaient toutes émaillées.

Pour continuer à faire vivre cet artisanat, iI a décidé d’inviter régulièrement des étudiants en école d’art appliqué. En effet, cette discipline n’y est plus enseignée dans ces écoles, il est donc impossible pour de futurs artistes ou artisans d’art de s’en emparer. 

Avec La maison de l'émail, cette technique traditionnelle, aux multiples finalités, est restée d’actualité.
 

♦ Comment est fabriqué l’émail ?


L’émail est une matière vitrifiée et brillante appliquée par fusion sur de la faïence, des céramiques et des métaux.

A la base, c’est de la poudre de verre colorée avec des oxydes métalliques. Ce qui offre une très large palette de couleurs. Cette matière est ensuite appliquée sur des plaques en la pulvérisant ou avec un pinceau.
Les objets doivent ensuite être cuits au four pour être revitrifiés.
Une étape délicate  et précise dont dépend la solidité de la réalisation. Au final cela donne un produit très résistant au temps à la chaleur, aux intempéries, avec une qualité de lumière exceptionnelle.
© Florence Cicollela
© Florence Cicollela

♦ Comment l’émail est arrivé à Morez ?


On connaît Morez pour sa lunetterie mais beaucoup moins pour son émail. Dans ce canton du Jura, cette activité a fait son apparition au 18e siècle , quand les horlogers de la ville font appel à un émailleur de cadrans venant de Suisse.

Mais les émailleurs de Morez ne se sont pas arrêtés là. L’activité se développe et se diversifie. Ils se tournent vers l’art funéraire et fabriquent des cœurs émaillés. Ils font aussi des plaques de rues, des panneaux de signalisation pour le métro ou la SNCF.
En 1935 ce ne sont pas moins de 400 émailleurs qui travaillent à Morez. Un artisanat qui va reculer avec l’arrivée de l’aluminium et des produits réfléchissants.
© Florence Cicollela
© Florence Cicollela

♦ Pourquoi une maison de l’émail à Morez ?


La maison de l’émail a vu le jour grâce à Michel Coignoux. Cetémailleur auteur de la sculpture monumentale de la maison de la négritude à Champagney, a créé l'association ( la maison de l'émail), en 1999.
Pour faire la promotion de cet artisanat et éviter qu’il ne se perde, la municipalité de Morez l’a soutenu en mettant à sa disposition les locaux actuels.

Pour que l'histoire entre Morez et l'émail continue à s'écrire, la maison de l’émail a deux objectifs : maintenir un savoir-faire et le transmettre aux jeunes générations. Elle accueille différents publics : des professionnels, des artistes, des étudiants et des amateurs. Elle leur propose des formations et ses ateliers de fabrication.
© Florence Cicollela
© Florence Cicollela


Aujourd’hui, l’émail de Morez est utilisé par des architectes, des designers, des collectivités locales, des industriels ou des artistes. Démontrant ainsi que cette technique, aux multiples finalités, est restée très moderne.

♦ Permettre aux professionnels de vivre de leur métier


Environ 400 personnes, dont 80 professionnels, gravitent autour de la maison de l’émail. Ils viennent de la France entière et de pays limitrophes comme les Pays-Bas, la Suisse…
Pour permettre aux émailleurs de toutes la France de vivre de leur métier, la maison de l’émail est un lieu de production et leur propose ses locaux.
Elle met à leur disposition un équipement rare en Europe et très coûteux. Il s’agit d’un atelier XL, disposant d’une cabine de pistolage et de deux fours, dont l’un permet des réalisations de grandes dimensions.
© Florence Cicollela
© Florence Cicollela

A compter de début avril 2019, deux émailleuses vont s’installer définitivement dans les locaux.

♦ Maintenir un savoir-faire grâce au design


Comme cette discipline, n’est plus enseignée dans les écoles d’arts appliqués, la maison de l’émail propose des formations démaillage aux étudiants en design. Elles sont toutes assurées par des émailleurs en activité.

Actuellement ce sont les élèves de l’Ecole Bleue de Paris qui sont en stage. Ils expérimentent les différentes possibilités de créations qu’offre l’émail.
Bombardement, grattage, travail sur la matière, autant de techniques qui donnent la possibilité  de ressusciter des objets traditionnels ou d’en inventer de nouveaux.
© Florence Cicollela
© Florence Cicollela


Actuellement en se promenant dans les rues de Morez on peut découvrir de nombreuses œuvres en émail, dans les vitrines. C’est l’exposition Démo d’émaux.

A compter de décembre 2019 et toute l’année 2020, les productions des étudiants de l’école Bleue seront à leur tour exposées, avec pour thèmatique L’émail de demain.  

Dans l’émission Ensemble c’est mieux du jeudi 21 mars 2019, Florence Cicolella nous fais découvrir la maison de l’émail de Morez en compagnie de :
- Jean-Christophe Piffaut, directeur de la maison de l’émail 
- Marie-Hélène Soyer, artisane d’art
- Francis Fèvre, responsable formation design à l’École Bleue Paris
A Morez, la maison de l'émail redore le blason de l'émail

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Malaise dans la police : "des collègues n'y croient plus"

Les + Lus