Mort d'Anne Sylvestre, Tonnerroise d'adoption

La chanteuse avait une relation étroite avec la Bourgogne. En particulier avec Tonnerre, ville pour laquelle elle avait imaginé un CD avec les enfants du conservatoire de la ville.
Âgée de 86 ans, Anne Sylvestre, de son vrai nom Anne-Marie Beugras, est morte à la suite d'un AVC ce mardi 1er décembre. Née à Lyon le 20 juin 1934 d'un père bourguignon, elle a développé des attaches avec la région et notamment avec la ville de Tonnerre dans l'Yonne. "Mon père était Charolais, mon mari Chalonnais. Et je me suis posée du côté de Tonnerre. Une partie de ma famille est dans le coin et j’y ai longtemps eu une maison. C’est une ville chère à mon cœur", confiait-elle à l'Yonne Républicaine en 2015. Sa fille habite à quelques encablures de la commune et ses petits-enfants y ont grandi. L'un d'entre eux, Baptiste Chevreau, est décédé dans les attentats du Bataclan en 2015 ; la commune lui a rendu hommage en nommant un kiosque à sa mémoire. "C'était une femme de la trempe de Juliette Gréco, une femme engagée et émancipée avec une forte personnalité", décrit Dominique Aguilar, maire de Tonnerre de 2014 à 2020. 

"Elle avait une grande proximité, un lien fort avec la ville", se souvient l'ancienne édile en rappelant le projet d'opéra qu'Anne Sylvestre avait mené avec les enfants du conservatoire de la commune. Cela avait débouché en juillet 2002 sur la commercialisation d'un CD, "Yvonne et Toinou, une légende de la fosse Dionne". De ce succès, Dominique Aguilar a le souvenir d'une artiste "très attentive aux enfants".

Dans ce disque, elle avait écrit une chanson, interprétée par les élèves, dans laquelle elle rendait un bel hommage à la villeUne référence bourguignonne sans doute moins connue que son titre "La Romanée-Conti", du nom d'une des appellations les plus prestigieuses de la région. Cette chanson fait partie de "son oeuvre immense, de son répertoire adulte militant et féministe", selon son ami, le chanteur dijonnais Yves Jamait, qui retient d'elle "des joies partagées à chanter"

"L'endroit où elle se sentait le mieux c'était sur scène. Elle avait une exigence d'écriture et de mots, elle ne sacrifiait rien aux modes". Pour lui, Anne Sylvestre, "60 ans de chansons à remplir les salles" est un modèle qui a montré que "l'on n'est pas obligé de se vendre à n'importe quel prix" pour réussir une belle carrière.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture