NATURE : Un lynx et sa proie dans le viseur d'un photographe jurassien

Publié le Mis à jour le

Il en rêvait depuis qu'il parcourt les forêts du Jura. Le photographe Julien Arbez à eu la chance de vivre un instant exceptionnel qui restera à jamais gravé dans sa mémoire. Si l'observation d'un lynx est très rare, immortaliser le félin avec une proie qu'il vient de chasser l'est encore plus.

Alors que la France est en plein confinement, Julien Arbez, photographe professionnel, reçoit un message d'une amie qui effectuait sa promenade autorisée d'une heure. Elle lui signale qu'elle vient de découvrir un chevreuil mort dans une clairière à côté de chez elle. L'endroit restera secret pour ne pas nuire à la tranquillité de la faune sauvage. Ce qu'elle lui décrit ressemble à une attaque de lynx et elle vient vraisemblablement de se produire à l'instant.

Disposant de toutes les autorisations légales pour circuler et travailler pendant le confinement, Julien prend son matériel pour se rendre sur le site. Il est 17 h lorsque le photographe découvre le brocard étendu dans le pré. Il observe une ouverture au niveau de la gorge du cervidé. C'est un indice important. C'est bien un lynx qui a attaqué cet animal. Il est temps de mettre en place un affût qui le rendra invisible et commencer une longue attente. Au fond de lui, il a le secret espoir de pouvoir observer cet emblème du massif jurassien avec sa proie. 

L'attente est longue et la lumière du jour commence à tomber. L'animal reviendra-t-il ? La patience et le doute font partie des fondements de la photo animalière. C'est toujours la nature qui décide. Le chevreuil est la proie de prédilection du félin jurassien. Il en consomme en moyenne une cinquantaine par an. Pas de quoi menacer l'équilibre des populations dans le massif. Julien regarde sa montre. 20 h 22. La nuit arrive... "Tout à coup, j'entends des bruits de pas feutrés dans les feuilles mortes. Puis c'est à nouveau le silence. Je cherche du regard un éventuel indice lorsque je distingue, dans la pénombre, une silhouette tachetée. Mon cœur s'accélère. C'est lui !" nous explique le photographe. Totalement dissimulé dans la végétation, il observe tel un fantôme des bois.

Après de longues minutes à analyser la situation, le lynx sort enfin de la lisière et se dirige, à découvert, vers le chevreuil qu'il a tué quelques heures plus tôt. Du bout des doigts, Julien appuie sur le déclencheur de son appareil photographique. Il doit se montrer le plus discret possible pour ne pas inquiéter l'animal.

L'animal retrouve sa proie et la saisit immédiatement à l'encolure. "Cette scène est vraiment intense à vivre pour moi. Les conditions pour la photo sont très mauvaises, je manque de lumière, je suis obligé d'utiliser des vitesses lentes qui risquent de créer des flous de bougé à chaque mouvement du lynx, mais tant pis ce n'est pas grave. J'assiste enfin à cette scène dont je rêvais depuis deux ans. J'ai un lynx avec sa proie", nous explique Julien, la voix encore pleines d'émotions. 

Alors qu'il continue à photographier le plus discrètement possible afin de ne pas éveiller l'attention du lynx, le félin soulève avec force sa proie. Julien Arbez est impressionné de voir la puissance qu'il développe pour déplacer un chevreuil presque plus imposant que lui.

Le lynx est un animal très discret. À la manière du léopard qui cache ses proies dans les arbres, le félin jurassien déplace souvent ses victimes dans un endroit où elles seront moins visibles. Il a repéré des broussailles et utilise toute sa puissance musculaire pour traîner le chevreuil.

La vingtaine de kilos du chevreuil demande au félin beaucoup d'énergie. "Je le suis avec mon reflex alors qu'il tire péniblement sa proie. Je sens qu'il peine, qu'il a du mal à traîner le cervidé. Il s'arrête pour se reposer et observe la situation autour de lui. Un félin est toujours aux aguets. Je prends deux photos lorsque soudain, l'animal tourne son regard à gauche et à droite. Je suis invisible, caché dans mon affût, mais tous les sens du lynx sont éveillés. Il regarde dans ma direction mais il ne sait pas que je suis là à l'admirer. Ce regard clair et profond me marquera à jamais." nous raconte Julien Arbez.

Le lynx reprend sa proie et continue son épuisant chemin de croix vers la forêt. Julien est rassuré. L'animal a senti sa présence, mais n'a pas été dérangé. Il va pouvoir continuer d'observer cette scène incroyable.

Julien observe le lynx qui a trouvé un endroit pour cacher sa proie. "Quel dommage ! Il y avait juste sur la droite un endroit parfait pour faire de beaux clichés et il a été planquer son chevreuil dans le coin le plus moche du site ! Mais ce n'est pas grave, c'est à nous de nous adapter et il ne faut pas oublier de vivre l'instant. J'essaye toujours de ne pas rester l'œil rivé dans le viseur. Il ne faut jamais oublier de regarder avec ses yeux. La photographie est un moyen pour moi pas une fin. Elle me sert à partager ma passion pour la nature. La photo en tant que seul moyen d'expression ne me suffit pas" nous explique le photographe.

La nuit tombe sur cette forêt du Jura. Le photographe est à la limite de ses réglages. Il sait que les photos ne seront pas les plus esthétiques, mais il vient de vivre un instant magique. Julien immortalise cet instant par un dernier cliché lorsque l'animal regarde à nouveau dans sa direction. Le bruit du déclencheur l'intrigue et il regarde en direction de l'affût mais jamais il n'a montré de signe d'inquiétude. Le photographe attendra que le lynx quitte les lieux pour partir dans la nuit avant de sortir de sa cachette. Ne jamais déranger l'animal, telle est la devise de Julien. C'est le respect qu'il faut avoir pour ces moments uniques que le félin lui a offert. 

La passion de la nature et de la photographie ont toujours été un élan de vie pour ce Jurassien de Moussières. Dès son plus jeune âge, il parcourt les forêts avec son appareil photo en bandoulière. Il en fait son métier en devenant animateur dans une association d'éducation à l'environnement. Mais son envie de liberté l'a conduit vers une plus grande autonomie professionnelle. Il est aujourd'hui artisan photographe naturaliste et vient de sortir son premier livre.

Vous pouvez retrouver toutes les publications de Naturae sur le site de France 3 Franche-Comté : ici 

Il existe egalement une page Facebook Naturae : ici