Etre navetteur : chaque jour, Saran passe 4 heures dans les trains pour rallier la Saône-et-Loire et Lyon

Habiter à la campagne et travailler en ville, c'est le quotidien qu'a choisi Saran. Depuis cinq ans, elle réside à La Clayette (Saône-et-Loire) et se rend à Lyon, où elle travaille, tous les jours. Un rythme de vie très soutenu, que la coiffeuse nous raconte. 

Tous les jours, Saran change de région pour aller travailler.
Tous les jours, Saran change de région pour aller travailler. © France Télévisions
Saran est une navetteuse. Cela signifie qu'elle se déplace quotidiennement par un moyen de transport en commun entre son domicile et son lieu de travail. Chaque jour depuis 5 ans, elle passe quatre heures dans les transports en commun pour rallier La Clayette (Saône-et-Loire) où elle réside et Lyon, où elle travaille.

Quatre heures de transports en commun chaque jour

C'est sur le seul quai de la petite gare de La Clayette-Baudemont que la journée démarre, à 6h07. D'abord le train donc, puis le métro pendant 25 minutes pour finalement rallier le salon de coiffure où Saran officie. Au total, Saran effectue quatre heures de trajet : deux heures à l'aller et deux heures au retour. 

Partit tôt, rentrer tard : un rythme de vie " fatigant " que la femme de 38 ans a fini par accepter : " Au début je me disais que je ne le ferai pas, mais au fur et à mesure je me suis rendu compte que c'est faisable. C'est long mais c'est faisable. Si on est motivé et qu'on aime notre métier on y va et on ne compte pas " répond-elle.

Une fois le salon de coiffure fermé, la journée continue... et le travail aussi. Sur le quai de la gare, la jeune femme est au téléphone avec un client, elle sort son agenda et note des rendez-vous. Elle sourit : " le train c'est mon bureau. Tout ce que je n'ai pas pu faire au boulot, je le finis dans le train" .
 

Vivre à Lyon ? " Je dirai non "

La navetteuse s'est installée à La Clayette pour rejoindre son mari qui travaille dans cette petite commune de Saône-et-Loire. Elle profite de la vie à la campagne et ne s'imaginerait pas la quitter pour un quotidien plus pratique. " Si on me dit demain d'aller habiter à Lyon, je dirai non, parce que j'aime la sérénité qu'on a ici. Il n'y a pas ça en ville, en ville on est tout le temps stressé à courir derrière des transports ou d'autres choses. Ici on relâche," conclut-elle dans un sourire. 

Demain sera un jour nouveau, mais le premier rendez-vous de la journée est d'ores et déjà fixé. Ce sera à 6h07, sur le quai de la gare.


Retrouvez le reportage diffusé à l'occasion du JT extérieur du 19/20 du jeudi 24 septembre :
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie trains régionaux transports