Nièvre : pourquoi la solution du “groupement d'employeurs” séduit

La formule du "groupement d'employeurs" séduit de plus en plus d'agriculteurs
La formule du "groupement d'employeurs" séduit de plus en plus d'agriculteurs

Les agriculteurs n'ont pas toujours les moyens d'embaucher des salariés. Mais, grâce à la formule du "groupement d'employeurs", ils peuvent se regrouper et partager du personnel qu'ils n'auraient pas les moyens de recruter s’ils étaient seuls.

Par B.L.

Même s’ils ont une charge de travail importante, les agriculteurs ne peuvent pas toujours se permettre d’employer des salariés en raison de leurs revenus souvent aléatoires.

D’où le succès que rencontre le "groupement d'employeurs" qui est géré sous le statut associatif loi 1901 ou coopératif. Le groupement d’employeurs met des salariés qualifié et polyvalents à disposition de ses adhérents et se charge des démarches administratives.


Baptiste Flory, 22 ans, est employé agricole. Depuis qu’il a fini ses études, un groupement d’employeurs agricoles verse chaque mois un SMIC au jeune homme qui partage son temps entre la ferme de son père et un second employeur. Chaque agriculteur est facturé en fonction du nombre d'heures effectuées par Baptiste.

Cela fait 3 ans et demi que le jeune homme travaille ainsi : "ça me plait, on change, on voit autre chose", dit-il. Baptiste apprend l’élevage dans l’exploitation de son père et se familiarise avec les cultures chez Loïc Coudray, son deuxième patron. Pour ce dernier, cette formule « amène beaucoup de souplesse en termes de gestion des emplois du temps. On adapte les calendriers c'est-à-dire que pendant la moisson, il sera un plus présent et un peu moins à des périodes plus calmes".


Le reportage de Rémy Chidaine, Tania Gomes et Cécile Frèrebeau

Intervenants :
-Baptiste Flory, employé agricole
-Loïc Coudray, exploitant agricole
Jean-Luc Flory, exploitant agricole

A lire aussi

Sur le même sujet

Saône-et-Loire : la baisse de la vitesse à 80 km/h ne convainc pas les automobilistes

Les + Lus