CARTES. Bourgogne-Franche-Comté : quels services publics en zone rurale ?

Archives. / © France 3 Bourgogne
Archives. / © France 3 Bourgogne

Les territoires ruraux ne bénéficient pas des mêmes infrastructures et de la même facilité d'accès aux services publics que les zones plus urbaines. Cette semaine, un "Parlement rural" se réunit dans la Nièvre pour parler de leur avenir.

Par M. F.

Nevers-Magny-Cours accueille pendant deux jours, les 15 et 16 octobre un "Parlement rural". Lancé à l'iniative du sénateur de la Nièvre Patrice Joly, cet événement doit permettre de débattre de l'avenir des territoires ruraux.

"Cet événement sert à présenter ce que sont en réalité les territoires ruraux, aider à changer la représentation qu'on a des territoires ruraux, indique l'élu socialiste. Ce ne sont pas des territoires du passé mais aussi des territoires d'avenir."

En Bourgogne-Franche-Comté, près des deux tiers de la population vivent à la campagne. Il y a quelques jours, deux députés ont rendu un rapport à l'Assemblée nationale sur l’évaluation de l’accès aux services publics dans les territoires ruraux. Jean-Paul Dufrègne (PCF) et Jean-Paul Mattei (MoDem) y font 23 propositions pour améliorer les conditions de vie de ceux qui résident dans les zones rurales.

Ils préconisent notamment que le déploiement du très haut débit partout sur le territoire aille de pair avec le maintien d'un accès physique de proximité aux services publics.

L'objectif gouvernemental est que tout le monde bénéficie d'une connexion à internet très haut débit d'au moins 30 Mbits/s d'ici 2022. Selon des données datées de 2017, on est encore loin du compte en Bourgogne-Franche-Comté.

Du côté du réseau mobile, du travail reste à faire également. Les zones couvertes en 4G par au moins deux opérateurs ne sont pas aussi nombreuses que dans d'autres régions françaises.


La carte ci-dessous présente le temps moyen pour accéder aux services d'usage courant au plus près de son domicile. C'est-à-dire un supermarché, une librairie, un collège, un opticien…

Logiquement, ceux qui habitent dans des zones urbaines mettent moins de temps pour accéder à ces services que ceux des zones rurales. Ainsi, dans le bassin de vie de Dijon en Côte-d'Or, ce temps est de 9,9 minutes quand il atteint 31 minutes dans celui de Moulins-Engilbert dans la Nièvre.


Dans l'accès à la santé également, ces territoires ruraux ne bénéficient pas forcément du même nombre de médecins. Dans le bassin de vie de La Charité-sur-Loire dans la Nièvre, il est par exemple de 49 médecins généralistes pour 100 000 habitants quand il atteint 112 pour 100 000 à Besançon.
 

Le 20 septembre dernier, le Premier ministre a présenté son "Agenda rural". 173 mesures en faveur des territoires ruraux. Il est destiné à doper l’activité et répondre au sentiment d’abandon des zones rurales, exprimé par la crise des "gilets jaunes".

Numérique, santé, culture, éducation, commerces et services, emploi et activité économique, écologie, déplacement… ce plan couvre de nombreux domaines. Pour assurer son suivi une première rencontre a déjà été annoncée, à l’occasion d’un premier comité interministériel de la ruralité, début 2020.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus