Faits divers : une animatrice de colonie de vacances porte plainte pour viol à l'étang de Baye

Un directeur de colonie de vacances est mis en examen pour viol suite à la plainte d'une animatrice de son équipe. Les faits incriminés se seraient produits dans la nuit du vendredi 13 août 2021 à l'étang de Baye, à Bazolles, dans la Nièvre.

Le directeur d'une colonie de vacances, gérée par les Eclaireuses et éclaireurs de France, a été mis en examen le dimanche 15 août 2021 pour viol.

Une animatrice de son équipe, âgée de 21 ans, l'accuse de rapports sexuels non consentis dans la nuit du vendredi 13 au samedi 14 août à la base nautique Activital de l'étang de Baye, à Bazolles. Les faits se seraient produits entre minuit et 1H30 du matin, dans la chambre de la jeune femme après une soirée alcoolisée. Le directeur de la colonie, un étudiant âgé de 24 ans, admet avoir eu une relation avec l'animatrice mais affirme qu'elle était consentante.

Les gendarmes de la brigade de Saint-Saulge (Nièvre) ont été prévenus dans la nuit, peu de temps après les faits car la jeune femme a immédiatement confié son trouble aux autres animateurs. Face à une telle situation, les cinq adultes ont d'un commun accord prévenu leur hiérarchie aux Eclaireuses et éclaireurs de France ainsi qu'un salarié de la base Activital et les gendarmes. Ces derniers se sont rendus sur place dès 3h30 du matin.

Les cinq animateurs de colonie de vacances étaient seuls au premier étage du bâtiment car les enfants en situation de handicap dont ils avaient la garde étaient tous repartis en région parisienne en raison de cas de Covid-19. Le dernier enfant avait quitté les lieux le vendredi 13 au matin.

Le gérant de la base nautique Activital, Yves Prégermain est peiné par cette affaire : "C'est triste pour cette jeune femme si les faits sont avérés. Heureusement, les enfants étaient tous repartis."  Sa structure accueille des groupes d'enfants, avec agrément de Jeunesse et Sports depuis 39 ans:"Il ne faut pas faire d'amalgame. C'est une histoire entre adultes, mais ce genre de faits divers dans les colonies de vacances a malheureusement toujours des conséquences et entraîne la diminution du nombre d'enfants dans les centres de vacances."  

Olivier Barbey, le délégué général des Eclaireuses et éclaireurs de France, assure que la jeune femme, originaire de région parisienne, peut compter sur "un soutien psychologique de l'association". "Nous nous porterons aussi partie civile à ses côtés. De tels actes sont indéfendables et contraires à toutes nos valeurs." 

L’homme de 24 ans, mis en examen pour des faits criminels, a été présenté à un juge du pôle de l’instruction du tribunal de grande instance de Bourges (Cher). En l'absence d'antécédents judiciaire, il a été remis en liberté mais placé sous contrôle judiciaire. Le volet n°3 de son casier judicaire ainsi que celui des quatre autres animateurs avait été vérifié par les services de l'Etat avant le séjour, comme la loi l'exige lorsque l'on encadre un groupe d'enfants en situation de handicap.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers justice société