La carte de France de Cassini, “chef d’œuvre de précision” créé au 18e siècle, publiée pour la première fois en intégralité

Elle offre une vue complète et extrêmement détaillée de la France pré-industrielle. La carte de Cassini, enjeu politique majeur de l’époque, est pour la première fois publiée à taille réelle par une maison d’édition de la Nièvre. Ce livre hors normes a tout de même un coût : 2400 euros.

On peut y observer le moindre hameau, le moindre cours d’eau de la France du 18e siècle. Sur la carte de Cassini, dernier témoin de l’ère pré-industrielle, chaque morceau du territoire est représenté avec une précision défiant toutes les normes de l’époque. 

Un chef d'œuvre qu’il est désormais possible d’admirer dans son entièreté. Conspiration éditions, une maison nivernaise basée à Mhère, publie depuis fin mars et pour la première fois la carte à l’échelle réelle. 

12 mètres de long, 11 de large

Un défi pharaonique, qui a nécessité deux ans et demi de travail, compte tenu des dimensions de l'œuvre. En effet, 1 centimètre sur la carte représente… 864 mètres dans la réalité ! Elle mesure donc au total 12 mètres de haut pour 11 de large. Par souci de praticité, elle est donc scindée en 181 rectangles.

Le résultat est tout de même surprenant : un livre d’1m15 de large une fois ouvert, pesant 15 kilos… et coûtant 2400 euros. Car l’ouvrage, assume l’éditeur Théodore Lillo, est un luxe : "C’est une oeuvre d’art ! Le papier est fabriqué sur mesure. La reliure est à moitié faite à la main, à Vérone en Italie. Il n’y avait que deux imprimeries en Europe capables de porter un tel projet." Le tout est tiré pour l’instant à 250 exemplaires, et ne dépassera pas les 900, annonce-t-il. 

Autant de paramètres qui poussent à la précaution. Pour manipuler l’objet, l’éditeur recommande de se munir de gants, et de le déposer sur le lutrin fourni à cet usage. Des mesures d’exception, à l’image de l'œuvre qu’il renferme. 

Enjeu politique

L’histoire de la carte de Cassini commence en 1670. Le roi Louis XIV, désireux de mieux connaître son territoire, commande à l’astronome Cassini une carte des contours de France. Durant vingt ans, le prodige italien mesure les côtes grâce à la triangulation, un procédé mis au point pour obtenir des distances avec une précision alors jamais vue. 

Lorsque la commande fut honorée, Louis XIV se serait exclamé : "Je perds plus de territoire que l’ensemble de mes ennemis !". "En effet, avec cette technique, il y avait une contraction importante du territoire par rapport à ce qui était connu à l’époque", détaille Théodore Lillo. 

Le roi ne se décourage pas pour autant : il commande ensuite l’intérieur du territoire. Les calculs vont durer plus d’un siècle, et la carte de France est achevée entre 1796 et 1800. Entre-temps, quatre générations de Cassini se sont succédé à la manœuvre. 

"Tout est extrêmement précis. Par exemple, sur la méridienne entre Perpignan et Dunkerque, il y a seulement 3 centimètres d’écart par rapport à la réalité !"

Théodore Lillo, éditeur de la carte de Cassini

Véritable enjeu politique, ces cartes, d’abord gravées à la main sur des plaques de cuivre, permettent au royaume de mener des projets d’infrastructures d'envergure. "Avant ça c’était complètement hasardeux, imprécis. On mesurait avec une roue, on comptait parfois en journées de chevauchées. Il n’y avait pas d’échelle commune."

Les cartes de Cassini deviennent si importantes, qu’elles sont confisquées lors des guerres de coalition, de peur qu’elles tombent entre des mains ennemies.

L'invention de la carte moderne

La carte que nous présente aujourd’hui Conspiration éditions en est une version spéciale : celle "de la reine", conservée dans les réserves de la Bibliothèque nationale de France. “On suppose que Marie-Antoinette a demandé à la coloriser. Elle a été rehaussée à l’aquarelle à la main, précise Théodore Lillo. Les couleurs sont très douces, et la carte est pliable. C’est l’invention de la carte moderne.

Si le livre est avant tout réservé aux musées, bibliothèques et universités (il trône déjà à Harvard, Cambridge, Stanford et Polytechnique), il est aussi possible d’en faire l’acquisition en tant que particulier. Pour les curieux qui n’auraient pas 2400 euros à investir, il est toutefois consultable à la bibliothèque municipale de Dijon.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité