• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Mal-logement dans la Nièvre : quel remède pour ce fléau ?

Quartier du Banlay à Nevers, dans la Nièvre / © France 3 Bourgogne
Quartier du Banlay à Nevers, dans la Nièvre / © France 3 Bourgogne

Vétusté, insalubrité... Le mal-logement est un phénomène qui touche fortement la Nièvre. Pour y remédier, le Conseil départemental ainsi que la ville de Nevers ont élaboré un plan de rénovation à court et à longue portée... qui implique aussi la destruction d'habitations.

Par France 3 Bourgogne

150 logements réhabilités sur cinq ans : c'est l'objectif que s'est donné l'agglomération neversoise. Le département, lui, souhaite que 4000 logements soient rénovés d'ici 2025. La Nièvre et Nevers ont décidé de lutter contre le mal-logement face à nombre important de logements vétustes, insalubres ou énergivores.

Il y a quelques jours, La Nièvre recevait la visite de la Directrice générale de l'ANAH, l'Agence Nationale d'amélioration de l'habitat. Le département a en effet décidé de se lancer dans un vaste plan de lutte contre le mal-logement avec pour objectif d'apporter de la qualité de vie à sa population et d'en attirer de nouvelles. Encore faut-il inciter les propriétaires ou les bailleurs à rénover et notamment grâce à différentes aides financières que la directrice de l'ANAH est venue présenter.

► Le reportage de Régis Guillon et Tania Gomes :

Montage : Lucile Feuillebois / Intervenants :
  • Blanche Guillemot, directrice nationale de l'Agence pour l'amélioration de l'habitat (ANAH)
  • Patrice Joly, président du Conseil Départemental de la Nièvre (PS)
Mal logement dans la Nièvre
Intervenants : Blanche Guillemot, directrice nationale de l'Agence pour l'amélioration de l'habitat (ANAH) ; Patrice Joly, président du Conseil Départemental de la Nièvre (PS)


L'argent, nerf de la guerre contre le mal logement.

Pour inciter les propriétaires ou les bailleurs sociaux à rénover, l'ANAH propose un système d'aides tout comme l'Etat ou les collectivités territoriales. Mais parfois rénover coûte plus cher que de reconstruire : d'ici 2026, 1600 logements sociaux seront détruits. 

Consulter le plan régional pour l'habitat

A lire aussi

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus