• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nevers : comment rentrer après 13 ans passés à faire le tour du monde ?

Après avoir passé les 13 dernières années à parcourir le monde, la famille Trastour est de retour à Nevers, dans la Nièvre.
Après avoir passé les 13 dernières années à parcourir le monde, la famille Trastour est de retour à Nevers, dans la Nièvre.

Australie, Papouasie, Nouvelle Zélande, Cambodge, Inde, Sahara occidental, Egypte, Gambie, Turquie, etc. La famille Trastour a passé les 13 dernières années à parcourir les continents. Elle est de retour à Nevers, dans la Nièvre … mais jusqu’à quand ?
 

Par Beatrice de Lavergne

"La vie n’est pas seulement faite pour se lever le matin et payer les factures", c’est la philosophie de Grégory et Magali Trastour.

Le couple a donc décidé de quitter Nevers le 1er avril 2006. Avec leurs deux fillettes Natasha et Anastasia, ils se sont envolés pour l’Australie. Sur place, ils ont acheté un véhicule qu’ils ont aménagé pour pouvoir parcourir le pays : coin cuisine, douche, couchage...

Au fil des mois, ils découvrent la Nouvelle Zélande, la Nouvelle-Calédonie, etc et ils n’ont plus du tout envie de rentrer en France.

Les années passent et pour les Trastour la priorité est d’enrichir leurs connaissances et d’apprendre des cultures des pays traversés. Ils racontent leurs aventures sur leur blog baptisé Nomads Road.
 
Reportage de Rémy Chidaine, Tania Gomes et Hugo Piguet avec : Grégory, Magali, Natasha et Anastasia Trastour

 

Encore la moitié du monde à découvrir 


Depuis, les enfants ont grandi. Aujourd’hui, Anastasia et Natasha ont 19 et 21 ans et elles désirent mener une vie plus sédentaire, même si elles se doutent que "au début, ça va être très dur".

En revanche, pour les parents, pas question de renoncer à leur rêve de faire un tour du monde. Ils se donnent deux années avant de reprendre la route."L'idée ce n’est pas de rester en France. C’est de continuer ce qu’on a commencé. On a commencé un tour du monde, on en est à la moitié", dit Grégory Trastour, le père.


 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus