Nevers désormais jumelée avec Lourdes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Claire Lebret

Depuis un siècle et demi, Nevers et Lourdes ont en commun d’avoir accueilli l’existence brève mais mondialement connue de Bernadette Soubirous. Elles viennent de se jumeler pour sceller cette union particulière et au-delà du fait historique, développer des partenariats.

Les villes de Nevers dans la Nièvre et de Lourdes dans les Hautes-Pyrénées sont désormais jumelées. Si Bernadette Soubirous les réunit depuis des décennies, c’est un véritable partenariat qui vient de se nouer entre les deux communes.

A la source de l’union scellée entre les deux cités, une jeune bergère Bernadette Soubirous, à qui la vierge est apparue à 18 reprises en 1858 à la grotte de Massabielle à Lourdes. La jeune Bernadette décide ensuite de se retirer au couvent Saint-Gildard de Nevers. Elle y mourra en 1866.

Bernadette Soubirous réunit les deux villes

Cent-cinquante ans plus tard, ce lien est de nouveau ravivé entre les deux cités. Les deux  délégations communales se sont rencontrées à Nevers pendant trois jours (du 13 au 15 novembre). 

Le maire de Nevers Denis Thuriot et son homologue de Lourdes Thierry Lavit, ont signé la charte de jumelage, dimanche 14 novembre. Au-delà du fait historique, “s'ouvre une ère d’amitié, de coopération et d’échanges” explique l’agglomération de Nevers.

Pour les deux élus, cette union répare une incongruité. “Je n’ai jamais compris pourquoi ce jumelage n’a pas été fait avant, il est la suite logique des relations entre nos villes”, a affirmé en préambule Denis Thuriot. “Ce jumelage est une évidence”, lui a répondu en écho Thierry Lavit, venu passer trois jours à Nevers en compagnie de son adjointe à la culture, Sylvie Mazurek, et de l’adjoint à la jeunesse et aux sports Mohamed Dilmi.

La fin d’une querelle entre les deux villes

Élu en mars 2020, le nouveau maire de Lourdes a rapidement souhaité clore un “faux débat” qui avait rafraîchi les relations entre les deux villes, il y a quelques années.

Une association militait pour le transfert de la dépouille de Bernadette Soubirous dans sa ville natale. “Je suis heureux que nous arrivions à cette conclusion, et heureux de ce changement d’état d’esprit”, a salué Denis Thuriot, aux côtés de Muriel Marty, conseillère municipale déléguée aux jumelages et à la coopération décentralisée. 

Un partenariat multiple

Concrètement, les deux municipalités veulent développer leur partenariat dans les secteurs de l’éducation, de l’enseignement supérieur, du développement durable mais aussi le sport, la culture, l’économie et l’emploi  via la plateforme numérique qu’entreprend de créer la Ville de Nevers.

Les habitants de Nevers et Lourdes seront invités à prendre part au jumelage. “Là, ce sont des échanges entre les deux maires, ensuite, ce seront des échanges avec les habitants. Une jumelage c’est avant tout de l’humain”, poursuit le maire de Nevers.

Le quatorzième jumelage

La cité ducale n’en est pas à son coup d’essai en matière de jumelage. “Nevers cultive depuis plus d’un demi-siècle une tradition de jumelages vivants et vibrants, et je suis certain que tous nos concitoyens sont ravis de ce rapprochement avec la ville de Lourdes, (...). Et je ne doute pas qu’ils s’investiront dans toutes les initiatives que nous lancerons pour donner du corps et du sens à ce jumelage” a conclu le maire.

Il s’agit en effet du quatorzième jumelage de la ville. Une expérience qui pourra nourrir les projets entre les deux cités.