• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Nevers : une femme de 78 ans jugée aux assises pour l’assassinat de son mari

Michelle Baturic est jugée à la cour d'assises de Nevers, dans la Nièvre / © France 3 Bourgogne
Michelle Baturic est jugée à la cour d'assises de Nevers, dans la Nièvre / © France 3 Bourgogne

La femme de 78 ans est accusée d’avoir tué son mari le 24 avril 2016, à Donzy (Nièvre), de deux coups de fusil de chasse. Elle est jugée à la cour d’assises de Nevers à partir du lundi 28 janvier.

Par Valentin Chatelier

C’est un procès qui va durer plusieurs jours devant la cour d’assise de la Nièvre, à Nevers. Une femme de 78 ans, Michelle Baturic, est accusée d’avoir tué son mari en 2016.

Il lui est reprochée d’avoir abattu son mari de deux coups de fusil de chasse, après une dispute, dans la nuit du 24 avril 2016, à Donzy (Nièvre). L’ancienne pharmacienne a reconnu les faits.
 

"Violences physiques et psychologiques"


Devant la cour, elle a qualifié cet acte "d’aboutissement d’une vie à deux qui partait d’un grand amour et qui s’est terminée très mal". Selon elle, son geste était le seul moyen pour se libérer de l’emprise de son mari. Elle explique avoir enduré de nombreuses violences physiques et psychologiques pendant ses 49 ans de mariage. L’avocat de Michelle Baturic n’a pas souhaité s’exprimer à ce stade du procès.

Les jurés auront jusqu’à jeudi pour tenter d’éclairer le contexte de ces événements et la question de la préméditation. Michelle Baturic encourt la réclusion criminelle à perpétuité.
 

Les filles se sont portées parties civiles


De leur côté, les filles du couple se sont portées parties civiles. Elles veulent que leur mère soit entendue. "Elles veulent véritablement que les jurés comprennent ce par quoi est passé leur maman, ce qu’elle a vécu pendant toutes ces années, qui peut expliquer pourquoi on a abouti à ce drame", explique leur avocate, Me Sandrine Barré.

Ces dernières seront présentes aux assises "pour décrire ce qu’elles ont vu, ce qu’elles ont subi, ce qui leur a été infligé par leur père pendant toutes les années où elles ont pu être présentes au domicile", ajoute l’avocate des parties civiles.


Un reportage de Rémy CHIDAINE, Tania GOMES et Cécile FRÈREBEAU avec
Sandrine Barré, avocate des parties civiles
 
Nevers : une femme de 78 ans jugée aux assises pour l’assassinat de son mari

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus