Nièvre : trop compliqué, trop cher, le département ne repassera pas aux 90 km/h

Le retour à la limitation à 90 kilomètres/heure sur les routes ne sera pas si facile pour les départements volontaires. La Nièvre avait annoncé vouloir abandonner la nouvelle limitation à 80. Mais devant les difficultés et le coût du revirement, le département renonce.
La transition vers 80 km/h s'est faite difficilement, mais le retour aux 90 km/h n'est pas possible dans la Nièvre
La transition vers 80 km/h s'est faite difficilement, mais le retour aux 90 km/h n'est pas possible dans la Nièvre © FTV
Entre les nostalgiques des 90 km/h et les satisfaits des 80, le débat de la vitesse n'est toujours pas tranché sur les routes nivernaises.
Depuis l'instauration de la nouvelle limitation, les automobilistes se sont adaptés.

Une liberté donnée par le Premier Ministre

Les départements qui le voulaient ont eu l'autorisation pour abandonner la limitation de vitesse polémique à 80 km/h sur certaines routes et revenir aux 90 km/h regrettés par de nombreux automobilistes.
Un article de la loi sur les mobilités, promulguée jeudi 26 décembre 2019, les y autorisait.
Comme annoncé par Edouard Philippe, c’est aux présidents de départements que revient désormais cette décision.
Le Président du Conseil Départemental de la Nièvre était partisan de l'abandon de la réforme, il craignait de ne pas avoir les mains libres.
Mais aujourd'hui il préfère renoncer au retour en arrière.
Alain Lassus a déclaré à France 3 Bourgogne : "Quand le Premier Ministre a dit que les Départements pouvaient revenir aux 90 km/h, j'ai tout de suite dit que la Nièvre reviendrait aux 90 km/h. Le problème c'est que quelques mois après, sont apparues des conditions assez dures, avec un séparateur central, 1m50 de tous les côtés, pas de tracteurs sur les routes..."

Risque trop élevé

Des aménagements qui reviendraient à 300 millions d'euros, pour 800 kilomètres de route, un coût que le Département ne peut pas supporter.
Repasser les routes à 90km/h sans les aménagements, le risque serait trop grand.
Alain Lassus s'explique : "Au premier accident grave sur une route que j'ai fait repasser à 90 km/h, sans faire les travaux qui sont demandés, je me retrouve assez rapidement devant le tribunal."


Le reportage de Rémy Chidaine et Tania Gomès
Intervenants :
Nièvre : pourra-t-on revenir aux 90 km/h ?
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité