• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pédophilie dans l’église : l’évêque de Nevers Thierry Brac de la Perrière se défend

Thierry Brac de la Perrière, archevêque de Nevers, avant l'audience du tribunal correctionnel de Lyon pour l'affaire Barbarin le 7 janvier 2019 / © Maxime JEGAT/MAXPPP
Thierry Brac de la Perrière, archevêque de Nevers, avant l'audience du tribunal correctionnel de Lyon pour l'affaire Barbarin le 7 janvier 2019 / © Maxime JEGAT/MAXPPP

Thierry Brac de la Perrière est jugé avec d’anciens membres du diocèse de Lyon pour non-dénonciation d'agressions sexuelles. Il se dit innocent des faits qui lui sont reprochés.
 

Par B.L. avec AFP et France 3 Rhône


Thierry Brac de la Perrière, qui est actuellement évêque de Nevers, a été évêque auxiliaire de Lyon de 2003 à 2011.
Il comparaît devant la 17e chambre du tribunal correctionnel depuis lundi 7 janvier 2019 en compagnie du cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, et de quatre anciens membres du diocèse.


On reproche à Thierry Brac de la Perrière de ne pas avoir dénoncé des agressions sexuelles commises par le prêtre Bernard Preynat sur de jeunes scouts.
 


L’évêque de Nevers a comparu à la barre mardi 8 janvier. Il a été confronté à Laurent Duverger, une des victimes du prêtre pédophile. En 2011, Laurent Duverger avait raconté à Thierry Brac de la Perrière les sévices qu’il avait subis.
"Vous souvenez-vous d’avoir affirmé que le père Preynat n’était plus au contact d’enfants?", lui a dit-il demandé, sans obtenir de réponse de l’évêque de Nevers.

"Je suis accusé d'avoir caché ce que vous m'avez révélé ce jour-là, mais devais-je en parler ? Ce n'est pas ce que j'avais compris", a déclaré Thierry Brac de la Perrière.

"Pourquoi ne pas évoquer la possibilité d'aller en justice ?", lui a alors demandé la présidente du tribunal correctionnel. "On était sur un autre registre, ça ne m'a même pas traversé l'esprit", a répondu l'ancien bras droit de Mgr Barbarin.

 

DIRECT. Suivez la 2e journée du procès Barbarin : la confrontation avec les victimes devant le Tribunal correctionnel de Lyon va-t-elle éclairer les silences du passé ? - France 3 Auvergne-Rhône-Alpes

Deux évêques, et d'anciens collaborateurs de Philippe Barbarin se succèdent à la barre avec une ligne de défense commune. Tous condamnent la pédophilie, et nient avoir caché les agressions sexuelles du Père Preynat. Philippe Barbarin, impassible, assiste aux débats, regard fixé vers le sol.




L’audience devant le tribunal correctionnel de Lyon était prévue jusqu'au mercredi 9 janvier. Elle sera finalement prolongée jusqu'au jeudi 10 janvier.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus