Notre-Dame de Paris : une entreprise de Côte-d'Or travaille sur les vitraux de la cathédrale

Une équipe de six vitraillistes de l'Atelier Parot, à Aiserey en Côte-d'Or, est partie pour Paris ce lundi 29 avril. Elle est chargée de retirer les vitraux de la cathédrale Notre-Dame de Paris pour permettre d'installer des poutres afin de consolider l'édifice.

Détail de vitraux de Notre-Dame de Paris, en décembre 2014.
Détail de vitraux de Notre-Dame de Paris, en décembre 2014. © Sylvestre/MAXPPP
Six vitraillistes de l'Atelier Parot sont partis ce lundi 29 avril pour Paris afin d'intervenir sur la cathédrale Notre-Dame de Paris, gravement endommagée par un incendie. 

Ces spécialistes venus d'Aiserey (Côte-d'Or) sont chargés d'ôter les vitraux de la nef et du chœur de la cathédrale et les mettre à l'abri. Une fois déposés, les vitraux seront amenés à l'atelier afin d'établir un constat d'état précis, avant d'être remballés et renvoyés dans un lieu sécurisé. L'entreprise s'attend à recevoir plus de 150 panneaux à expertiser pour un long mois de travail.

En plus de l'Atelier Parot, quatre autres entreprises ont été mandatées pour retirer 1 000 mètres carrés de vitraux. Elles vont devoir travailler vite : tout doit être terminé pour le 15 mai.

Un réseau de poutres va ensuite être installé au-dessus et en dessous de la voûte pour consolider l'édifice. "Elles vont rester un certain temps parce qu'elles vont aussi servir […] d'accès pour travailler sur les voûtes", a détaillé Frédéric Létoffé, l'un des présidents du Groupement des entreprises de restauration de monuments historiques (GMH).
 

La cathédrale à l'abri de la pluie

La semaine dernière, des bâches ont déjà été installées au-dessus de la cathédrale pour protéger le site des intempéries. La sécurisation du site prendra "une durée […] de quatre mois", a précisé Frédéric Létoffé notant qu'il s'agissait d'une estimation approximative.
 
Notre-Dame : à l'abri des intempéries


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
notre-dame de paris culture patrimoine