Nouveau protocole sanitaire dans les écoles : ce qui change dans la Nièvre ce lundi

Les règles sanitaires en vigueur dans les écoles de la Nièvre sont désormais plus strictes. À compter de ce lundi 29 mars, les classes doivent fermer dès le premier cas de Covid-19 détecté, contre trois précédemment.

Illustration.
Illustration. © Franck Fernandes / MAXPPP

Le protocole sanitaire dans les écoles est désormais plus dur dans la Nièvre et les 18 autres départements concernés par les nouvelles restrictions. Comme l'a annoncé le ministre de l'Éducation nationale vendredi 26 mars, les classes sont désormais fermées au premier cas de contamination au Covid-19. Il en fallait jusqu'ici trois.

Fermeture pour sept jours

"Cela va nécessairement signifier plus de fermetures de classes dans les prochains jours" et "forcément des inconvénients", a admis Jean-Michel Blanquer lors d'un point presse précisant que cela concernerait "tous les niveaux scolaires", de la maternelle au lycée.

Dans le détail, la découverte d'un cas positif doit se traduire par la "fermeture de la classe à laquelle appartient l’élève pour une durée de sept jours", précise le ministère sur son site"Les élèves cas positifs sont isolés pour une durée minimale de dix jours (pour les cas symptomatiques à partir de la date des premiers symptômes ; pour les cas asymptomatiques à partir de la date du prélèvement). Tous les autres élèves de la classe seront considérés comme contacts à risque".

"Un signal qui va plutôt dans le bon sens"

Florent Moulinet, Unsa Nièvre

 

"C'est un signal qui va plutôt dans le bon sens", affirme Florent Moulinet, secrétaire départemental UNSA Éducation dans la Nièvre joint par téléphone ce lundi 29 mars. "On est rassuré de voir qu'il n'y a pas besoin d'attendre trois cas positifs pour une fermeture de classe à partir du CP."

Cette mesure est un bon compromis, selon lui, en comparaison d'un confinement total bien plus brutal pour les élèves. "Le confinement a eu des conséquences assez dramatiques, ajoute le représentant syndical. Donc si on peut éviter d'en arriver là, quitte à fermer localement sur des temps courts, pour permettre de maintenir les écoles ouvertes, c'est quand même une bonne chose [...] Les fermetures localisées permettent de casser les chaînes de transmission".

Une attestation pour revenir en classe

Après la fermeture de la classe pour sept jours, les parents des élèves de plus de six ans "devront attester sur l’honneur de la réalisation d’un test par l’élève et du résultat négatif de celui-ci" pour que leur enfant revienne en classe.

Les parents pourront demander à bénéficier d'un arrêt de travail pour garder leurs enfants, a indiqué Jean-Michel Blanquer. Pour permettre une continuité pédagogique dans les endroits en forte tension, où l'épidémie a parfois décimé les effectifs, il a par ailleurs promis de renforcer les moyens de remplacement des enseignants : "les rectorats concernés pourront recruter davantage". 

Et alors que les décisions de fermeture se prenaient jusqu'ici conjointement avec les préfets et les autorités de santé, "l'Éducation nationale pourra désormais en décider seule" de façon à "accélérer les délais".

Sur la question des recrutements, Florent Moulinet attend du concret dans la Nièvre. "On est en pénurie de remplaçants", affirme le secrétaire départemental de l'UNSA. Seulement six contractuels ont été embauchés pour le premier degré, rappelle-t-il. Et ces enseignants viennent remplacer des collègues vulnérables qui bénéficient d'une autorisation d'absence. Ils ne peuvent donc pas reprendre les classes des personnels dépistés positifs ou simplement cas contacts.

"On a alerté encore ce matin [lundi 29 mars]. On veut que ça se concrétise sur le terrain et que ça permette de réduire la tension en termes de remplacement", ajoute-t-il.

113 classes fermées en Bourgogne-Franche-Comté

Le nombre d'élèves contaminés au niveau national a augmenté en une semaine, passant de plus de 15 000 à plus de 21 000 (soit un taux de 0,17% contre 0,13% il y a une semaine). "La courbe de positivité en milieu scolaire reste inférieure à celle constatée en novembre 2020", a tenu à souligner Jean-Michel Blanquer vendredi.

Selon le dernier point fait par le ministère vendredi 26 mars, et basé sur des données arrêtées jeudi à 13h, on comptait 25 classes fermées dans l'académie de Dijon et 88 dans l'académie de Besançon en raison du Covid-19 dans le premier et le second degré. Deux établissements étaient totalement fermés dans l'académie de Dijon et un dans l'académie de Besançon.

Sollicités ce lundi 29 mars, la Direction des services départementaux de l'Éducation nationale de la Nièvre n'était pas en mesure de nous communiquer dans l'immédiat un bilan du nombre de classes fermées suite à l'application de ce nouveau protocole.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation