A Ornans, les commerçants accusent Emmaüs de concurrence déloyale et pointent "une machine à faire du cash"

L'association créée par l'Abbé Pierre vend des objets récupérés auprès des particuliers, mais aussi des produits neufs ou "comme neufs". Une association de commerçants dénonce une "concurrence moralement déloyale".
A Ornans, la guerre est déclarée entre Emmaüs et les commerçants
Lors de deux demi-journées, Emmaüs d'Ornans a proposé à la vente des chaussures "neuves" d'après les commerçants de la ville.  "Non, il s'agit de retours " précise le responsable de l'association, qui nie pratiquer une concurrence déloyale.

A Ornans, Emmaüs vend des objets de seconde main, usagés, donnés par des particuliers. Dans la salle de vente, on trouve de tout : des vêtements aux divans en passant par de la vaisselle, des jouets, de la décoration...
 

A deux reprises, des chaussures ont trouvé très vite preneurs.
Ce qui a fait réagir vivement les deux gérantes des magasins de chaussures d'Ornans.

Pour André Blachon, président de l'association des commerçants d'Ornans, elles sont désespérées : "Elles sont moralement impactées par cette concurrence que je considère déloyale. Compte tenu de la baisse de leurs chiffres d'affaires, elles s'inquiètent pour l'avenir de leurs commerces." Il a même écrit au président national d'Emmaüs, association qu'il accuse d'être "une machine à faire du cash" !
 


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie solidarité société