Les préfectures de la Nièvre et de l'Yonne interdisent les rave parties les trois prochains week-ends

La préfecture de la Nièvre ne veut plus être prise de court. Après l'installation surprise d'une rave party à Saint-Parize-le-Châtel la semaine dernière, des arrêtés ont été pris pour interdire les rassemblements du même genre les trois prochains week-ends. La préfecture de l'Yonne a fait de même.
La rave party à Saint-Parize-le-Châtel a rassemblé plusieurs milliers de participants.
La rave party à Saint-Parize-le-Châtel a rassemblé plusieurs milliers de participants. © Rémy Chidaine / France 3 Bourgogne
Le rassemblement de 4 à 5000 festivaliers lors d'une rave party à Saint-Parize-le-Châtel dans la Nièvre entre le 11 et le 13 juillet a surpris les autorités.

La préfète a donc dû organiser en urgence l'encadrement de cet événement en déployant secours et forces de l'ordre. "Nous avons affaire à une rave party qui n'a pas été déclarée. Ce qui veut dire évidemment qu'il n'y a pas de protocole établi et que nous avons été obligés très rapidement de mettre à disposition les moyens qui permettaient de répondre aux multiples risques", nous expliquait alors Sylvie Houspic.

Elle ne veut plus être prise de court alors qu'un nouveau rassemblement "est susceptible de se dérouler le 18 et 19 juillet dans le département de la Nièvre".
 

Trois week-ends visés

Via des arrêtés datés du 16 juillet 2020, elle interdit "la tenue des rassemblements festifs à caractère musical de type teknival ou rave party" ainsi que "la circulation des véhicules transportant du matériel de son […] à destination d'un rassemblement festif à caractère musical non autorisé" pendant les trois prochains week-ends :
Les arrêtés préfectoraux mettent en avant plusieurs raisons :


L'Yonne renforce aussi son arsenal

La préfecture de l'Yonne a également pris le même genre d'arrêtés pour interdire les rave parties et autres teknivals. "Nous devons collectivement rester vigilants, le virus circule toujours sur notre territoire", expliquent les autorités dans un communiqué de presse.

En tout, neuf préfectures du centre de la France ont ainsi renforcé leur arsenal réglementaire. Outre la Nièvre et l'Yonne, il s'agit des départements du Cher, Eure-et-Loir, Indre, Indre-et-Loire, Loir-et-Cher, Loiret et de la Vienne. Les autorités semblent s'inquiéter de l'organisation d'une nouvelle rave party surprise dans leur secteur.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture