Présidentielle 2017 : quel avenir pour le Parti socialiste en Bourgogne ?

Pour le Parti socialiste ce dimanche 23 avril 2017, la défaite a été difficile. Un score historiquement bas lors de ce premier tour de l'élection présidentielle, 5.66 % pour Benoît Hamon en Bourgogne-Franche-Comté. Quel avenir peut avoir le Parti socialiste aujourd'hui en Bourgogne ?

Par Nathan Boumadjer

Des soutiens PS bien avant le premier tour de la présidentielle

S'il est impossible de savoir pour qui nos élus ont voté ce dimanche 23 avril 2017, certains n'ont jamais caché leurs intentions. De nombreux partisans du PS ont soutenu Macron bien avant les résultats de l'élection présidentielle.

La présidente socialiste de la région Bourgogne-Franche-Comté, Marie-Guite Dufay, avait soutenu officiellement Emmanuel Macron, déclarant qu'elle "voterait pour Emmanuel Macron".
"Je pense que la force de son engagement européen, l’acuité de sa vision économique et son ouverture au changement, dans une société en pleine révolution, permettra à notre pays de répondre aux immenses défis qu’il rencontre, en réalisant l’alliance entre une économie dynamique et de nouvelles formes de protection sociale", indique-t-elle sur Facebook. "Je suis également très sensible à sa vision ouverte de la société française, pour vaincre les peurs et donner sa chance à tous".

Dans l'Yonne, le député Jean-Yves Caullet avait annoncé son soutien à Emmanuel Macron. Pour lui, il ne voyait pas "comment aujourd'hui on peut espérer que [la primaire] crée les conditions d'un mouvement, d'une dynamique et d'un rassemblement".
Cette décision ne serait pas contre ses convictions personnelles, préférant parler de barrage contre le Front National : "face à l'aventure du Front national ou au programme réactionnaire et rétrograde de François Fillon, il est absolument vital de proposer aux Français dans la présidentielle une alternative progressiste et dynamique", précise-t-il. "Il n'y a pas matière aujourd'hui, dans le coeur de la primaire, à créer un rassemblement qui ferait du Parti socialiste le barycentre de cette dynamique progressiste."

A Dijon, François Rebsamen avait évoqué à de nombreuses reprises son choix de ne pas forcément voter pour Hamon, considérant que "Benoît Hamon, ce n’est pas le Parti socialiste".  Il avait expliqué qu’il ne voterait pas pour Benoît Hamon au premier tour s'il y avait un risque de duel Fillon-Le Pen.

Des résultats à l'élection présidentielle historiquement bas

Jamais le Parti Socialiste n'avait connu de score aussi bas lors d'une élection présidentielle. Nationalement, Benoit Hamon n'arrive qu'à la 5e place (6,3%), très proche de Nicolas Dupont-Aigran (4,7%). Le quatuor de tête étant bien plus loin, puisque l'on retrouve Jean-Luc Mélenchon à la quatrième place, avec 19,6%.

Un petit score que l'on retrouve dans les départements de Bourgogne :
  • Côte-d'Or : 5,9% (16 810 votes) - 5e place
  • Saône-et-Loire : 6,19% (19 184 votes) - 5e place
  • Yonne : 4,79% (8 846 votes) - 6e place, devancé par Nicolas Dupont-Aignan avec 6.32 % (11 668 votes)
  • Nièvre : 6.51 % (7 840 votes) - 5e place

En comparaison, le premier tour de l'élection présidentielle de 2012 avait placé le candidat François Hollande à la première et deuxième place :
  • Côte-d'Or : 27,79 % (80 321 votes) - 2e place
  • Saône-et-Loire : 28,69 % (93 198 votes) - 1e place
  • Yonne : 24 % (46 667 votes ) - 2e place
  • Nièvre : 32,64 % (42 631 votes) - 1e place

Une évidence à se rallier au mouvement "En Marche !" ?

Lors de l'annonce des résultats à l'élection présidentielle ce dimanche, Benoît Hamon a invité ses électeurs à faire barrage au FN pour "battre le plus fortement et le plus puissamment possible" Marine Le Pen, en votant Emmanuel Macron. Le vainqueur de la primaire de la gauche a souligné que "la gauche n’est pas morte", En s'adressant directement aux partisans du PS, il leur déclare : "vous attendez une renaissance, ce soir elle est douloureuse, demain, elle sera féconde".

En Saône-et-LoireStéphane Guiguet, premier secrétaire fédéral du PS dans le département, invite les électeurs du Parti socialiste à "faire barrage à Marine Le Pen".

Il se dit déçu par "une campagne présidentielle déstabilisante et axée essentiellement sur les affaires et les calculs stratégiques". Selon lui, la défaite n'est pas seulement celle de Benoît Hamon, mais "plus généralement pour le Parti socialiste, pas toujours à l'unisson" à son grand regret. Il remerciera le candidat du PS d'avoir "mené une campagne de qualité, avec des débats sur le fond en mettant en avant des thèmes essentiels pour l'avenir du pays et de nos enfants".

Stéphane Guiguet conclura que la gauche "sort de ce combat fracturée, éclatée" et qu'elle devra "tout mettre en œuvre pour reconquérir l'électorat populaire, avec une ligne claire et une majorité nette pour diriger le pays".

De nombreux autres élus bourguignons ont fait le choix de voter Emmanuel Macron au second tour, comme François Rebsamen, maire PS de Dijon, Gaëtan Gorce, sénateur PS de la Nièvre et Philippe Baumel, député PS de Saône-et-Loire.

Sur le même sujet

C'est votre tour - "Brin d'ortie" : ferme biologique de plantes aromatiques et médicinales

Les + Lus