• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Procès du meurtre de Sophie Lionnet à Londres : l'accusée avoue avoir battu la jeune fille au pair

Sophie Lionnet, une jeune fille au pair qui avait des attaches familiales dans l’Yonne, a été retrouvée morte calcinée à Londres en 2017.
Sophie Lionnet, une jeune fille au pair qui avait des attaches familiales dans l’Yonne, a été retrouvée morte calcinée à Londres en 2017.

Sabrina Kouider, accusée avec son compagnon Ouissem Medouni d'avoir tué Sophie Lionnet leur jeune fille au pair, a avoué en pleurant avoir frappé "très fort" la victime de 21 ans avec un câble électrique.  

Par E.E avec AFP

Vendredi, lors du procès qui se tient depuis le 19 mars dernier à Londres, l'accusée Sabrina Kouider est passée aux aveux. 

La mère de famille de 35 ans a admis en pleurant avoir frappé "très fort" sa jeune fille au pair sur les bras et les jambes avec un câble électrique, parce qu'elle se sentait "trahie". 


Avec son compagnon, Ouissem Medouni, également accusé d'avoir tué la jeune femme, elle reste persuadée que Sophie Lionnet était la complice de Mark Walton, son ex-compagnon et membre fondateur du boys band Boyzone. 

Selon le couple, Mark Walton avait, grâce à l'aide de Sophie Lionnet, abusé sexuellement des membres de la famille. 


Pour en avoir le coeur net, Sabrina Kouider et Ouissem Medouni se livraient à des interrogatoires musclés de la jeune fille, qu'ils enregistraient afin de prouver leurs accusations.

Selon Ouissem Medouni, Sophie Lionnet est morte à la suite d'un interrogatoire que sa compagne aurait poursuivi sans lui dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017. Parti se coucher, il aurait été réveillé par Sabrina Kouider, qui lui aurait montré la victime inanimée dans la salle de bains. 


Le 20 septembre, les pompiers, alertés par des voisins, avaient découvert Ouissem Medouni en train de brûler le corps de jeune fille, dans le jardin de leur logement du sud-ouest de Londres.
           
Sabrina Kouider, elle, accuse son compagnon d'avoir tué Sophie Lionnet.

Le procès doit se poursuivre jusqu'au 11 mai.

A lire aussi

Sur le même sujet

Charny-Orée-de-Puisaye : bilan trois ans après sa création

Les + Lus