Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : émotion et réactions en Bourgogne

Ce vendredi 16 octobre, un enseignant d'histoire-géographie a été victime d'un attentat terroriste dans les Yvelines, à Conflans-Sainte-Honorine. L'indignation et l'émotion sont partagées en Bourgogne.

ILLUSTRATION. Les hommages à l'enseignant assassiné près de son collège dans les Yvelines se multiplient partout en France.
ILLUSTRATION. Les hommages à l'enseignant assassiné près de son collège dans les Yvelines se multiplient partout en France. © YOAN VALAT / MaxPPP
L'émotion est toujours vive ce samedi 17 octobre, quelques heures seulement après l'assassinat d'un enseignant en histoire-géographie à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines. Il y a une semaine, le professeur avait montré à ses élèves pendant son cours des caricatures de Mahomet. La victime a été décapitée près de son collège. Emmanuel Macron a qualifié l'attaque d'"attentat terroriste islamiste". 

Mobilisation en ligne avec le hashtag #JeSuisProfesseur

En Bourgogne, les réactions se multiplient, notamment sur les réseaux sociaux. Le hashtag #JeSuisProfesseur s'est mis en place.

Le syndicat enseignant SNES-FSU 21 a publié sur sa page Facebook un communiqué :
  

Le syndicat SNES-FSU de l'Yonne a lui aussi réagi sur Twitter : "L'assassinat commis hier contre un professeur qui faisait son métier est effroyable. Nous sommes tous sous le choc, bouleversés."

Le syndicat SGEN-CDFT Bourgogne a publié un post sous le hasgtag #Jedéfendslalibertéd'expression.

L'UNSA-Éducation "appelle à l’unité autour de la République et de son École [...] Par l’assassinat de cet enseignant, c’est toute l’École et c’est notre République qui sont meurtries. Il faut soutenir toute la communauté éducative du collège mais plus largement l’ensemble des enseignant·es qui font leur métier, font vivre les valeurs de la République et la laïcité, défendent la liberté d’expression.". 

Interview de Bernard Philippe, secrétaire académique du SNES-FSU-Dijon :

Attentat à Conflans-Sainte-Honorite : "Il faut que les enseignants se sentent protégés"

Soutien de la Jeunesse Musulmane de France

La Jeunesse Musulmane de France en Bourgogne (JMFB) a  également commenté. Elle "condamne avec la plus grande fermeté et sans aucune réserve cet acte barbare et ignoble. Elle s'associe affectueusement à la douleur de la famille et des proches de la victime et leur exprime une solidarité sans faille. [...] La JMFB rappelle que l'unité et la cohésion nationales constituent le rempart contre ces actes barbares. C'est ensemble que nous pouvons y faire face." 
 

Les politiques réagissent

Les personnalités politiques ont condamné l'attaque et témoignent leur soutien aux proches de la victime, comme Marie-Guite Dufay (présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté) ; Perrine Goulet (députée de la Nièvre), François Patriat (sénateur de la Côte-d'Or) ou encore François Rebsamen (maire PS de Dijon).
         

Gilles Platret, maire LR de Chalon-sur-Saône, dénonce dans un communiqué "la barbarie islamiste".   

Des rassemblements à venir

Le différents syndicats appellent à des rassemblements. "Personnels de l'Éducation nationale, parents, élèves, citoyens et citoyennes" sont invités à participer.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers éducation société réseaux sociaux