• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Quatre lynx relâchés dans le massif du Jura

Vogna, une jeune femelle, avait été capturée en novembre 2012, dénutrie. Elle a été relâchée quelques mois plus tard, après avoir été soignée par le centre Athénas. / © Max PPP / Philippe Trias
Vogna, une jeune femelle, avait été capturée en novembre 2012, dénutrie. Elle a été relâchée quelques mois plus tard, après avoir été soignée par le centre Athénas. / © Max PPP / Philippe Trias

Quatre lynx boréaux âgés d'un an, dont les mères ont disparu et qui avaient été secourus par le Centre Athénas à l'Etoile en 2015, ont été relâchés dans le massif du Jura. Ces jeunes animaux avaient été recueillis à l'automne.

Par Claire Schaffner avec AFP

Reconnaissables à leurs grandes oreilles triangulaires dorées, surmontées d'une fine touffe de poils noirs, quatre lynx ont été relâchés le 31 mai et le 1er juin dans des zones boisées des départements du Doubs et du Jura, sur lesquels s'étend le massif jurassien.

Le mâle Robin a été un des premiers à être relâché :
Le lynx Robin relâché dans le Jura
Ces félins, dont l'espèce est protégée, ont été équipés d'une puce les identifiant et d'un collier GPS qui donnera des indications quotidiennes sur leur localisation. "Le collier permettra de suivre les déplacements des jeunes lynx et de constater la qualité de leur réinsertion", a indiqué Gilles Moyne, directeur du Centre Athénas, établissement basé à L'Étoile dans le Jura et seul centre de sauvegarde de la faune sauvage habilité et équipé pour accueillir des félidés en France. Le collier, qui tombe automatiquement au bout d'un an, peut également alerter les soigneurs en cas de décès de l'animal.

Pose du collier avant le relachâge du lynx

Neuf autres lynx secourus en 2015

"Ce n'est pas une opération de renforcement de population (de lynx), mais une opération où des jeunes qui étaient en détresse à l'automne sont remis dans la nature", a souligné Hugues Sory, chef du service biodiversité à la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal).

Entre l'été et l'hiver 2015, le Centre Athénas a secouru 9 lynx âgés de 4 à 6 mois, dont les mères ont disparu. Seuls 5 jeunes ont survécu. Les lynx orphelins "arrivent toujours en mauvais état", car souvent "ils sont restés un moment sans manger, ils sont très maigres et ils ne récupèrent pas tous", a constaté le vétérinaire du centre, Frédéric Violet.

Gilles Moyne, qui est convaincu que les mères ont été victimes d'actes de braconnage, estime "à 25% le nombre de femelles adultes ayant disparu en 2015". "On a le sentiment qu'il y a une montée de l'intolérance vis-à-vis du lynx qui amène à des actes illégaux", a souligné le soigneur, craignant que le braconnage ne mette en danger la population de lynx boréaux du Jura qui abrite 90% de la population de lynx en France, soit une centaine d'adultes.

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus