Race charolaise : les retombées attendues de l'indication géographique protégée

Le Charolais est labellisé depuis le printemps 2017 par une Indication Géographique Protégée / © FTV
Le Charolais est labellisé depuis le printemps 2017 par une Indication Géographique Protégée / © FTV

Mercredi 28 février, la race charolaise et son Indication Géographique Protégée (IGP) seront présentés au public lors du Salon de l'Agriculture 2018. C'est une étape supplémentaire dans la reconnaissance du label depuis le printemps dernier.

Par F.L.

Un éleveur de Charolais, dans le respect de la tradition
Dans le Nord de la Nièvre, Régis Taupin est éleveur bovin depuis bientôt 34 ans.
Sur son exploitation, 280 bêtes naissent, grandissent et sont engraissées.
Pour lui, c'est une passion familiale, mais aussi, un mode de production ancestral.
De quoi lui permettre de bénéficier de l'Indication géographique protégée "Charolais de Bourgogne"

Pourquoi une IGP "Charolais" ?
Car l'IGP reconnaît la spécificité du pâturage en prairies naturelles, au moins 6 mois dans l'année, dans une zone composée de 1505 communes sur les quatre départements bourguignons et quelques cantons limitrophes.
L'appellation permet une certification de qualité sur l'ensemble de la filière, du producteur au distributeur.

Les retombées attendues
Avec cette appellation, les éleveurs espèrent obtenir de nouveaux débouchés, mais aussi une valorisation du prix de la viande, dans un contexte difficile pour l'élevage bovin.
Cette revalorisation a tendance à mieux rémunérer les éleveurs, et comme Régis Taupin le confirme "ce n'est qu'un juste retour"

Au total, il aura fallu une quinzaine d'années de démarches, pour une reconnaissance attendue par les 1500 éleveurs bourguignons concernés.
Avec comme exemple à suivre, celui du département de l'Allier voisin, avec l'IGP "Charolais du Bourbonnais", qui existe depuis 1996.


Le reportage de Rémy Chidaine et Tania Gomès
Intervenants :
  • Régis Taupin, éleveur bovin, président de l'IGP Charolais de Bourgogne


 

Qu'est-ce qu'une IGP ?

L’Indication géographique protégée (IGP) identifie un produit agricole, brut ou transformé, dont la qualité, la réputation ou d’autres caractéristiques sont liées à son origine géographique.
L’IGP s’applique aux secteurs agricoles, agroalimentaires et viticoles.
Les IG artisanales ont été créées en 2013. Une trentaine de projets sont en cours d’instruction à l’INPI.
L’IGP est liée à un savoir-faire. Elle ne se crée pas, elle consacre une production existante et lui confère dès lors une protection à l’échelle nationale mais aussi internationale.
L’IGP peut être basée sur la réputation du produit, qui s’entend au sens d’une forte reconnaissance par le public à un instant donné, et qui doit être associée à un savoir-faire ou une qualité déterminée attribuables à l’origine géographique.
Les règles d’élaboration d’une IGP sont inscrites dans un cahier des charges et font l’objet de procédures de contrôle, mises en œuvre par un organisme indépendant agréé par l’INAO.

A lire aussi

Sur le même sujet

Côte-d'Or : focus sur l'emploi dans la filière viti-vinicole

Les + Lus