Régionales 2021. Les 4 choses à retenir de ce premier tour en Bourgogne-Franche-Comté

La liste menée par Marie-Guite Dufay (PS/PCF) est arrivée en tête du premier tour des élections régionales 2021. Que faut-il retenir de ce scrutin du 20 juin 2021 ? Explications.  

Le premier tour des élections régionales a eu lieu le 20 juin 2021.
Le premier tour des élections régionales a eu lieu le 20 juin 2021. © Lionel VADAM/MaxPPP

Un taux d'abstention record 

La grande gagnante de ce premier tour des élections régionales est sans conteste l'abstention, tant en Bourgogne-Franche-Comté qu'au niveau national. "La démocratie en prend un coup", "il y a une crise démocratique profonde", "Cette défiance n'est plus tenable"... Tous les candidats engagés dans ce scrutin sont tombés d'accord sur ce point. Le taux d'abstention, qui frise les 66%, est une sanction collective. 

Le contexte sanitaire a forcément pesé dans la balance. Seulement, c'est loin d'être le seul frein au vote. Plusieurs candidats ont pointé du doigt la désorganisation de ces élections, notamment concernant la distribution des professions de foi des candidats dans les boîtes aux lettres des citoyens. 

Découvrez notre analyse du phénomène d'abstention dans cet article

Le Rassemblement National en recul

C’est l’une des surprises de ce scrutin, le Rassemblement national est en recul en Bourgogne-Franche-Comté comme dans la plupart des régions françaises. Avec 23,2% des voix, la liste de Julien Odoul perd près de 8 points par rapport au score obtenu par Sophie Montel, la tête de liste du Front national en 2015. Surtout, compte tenu de la forte abstention, il divise par deux le nombre de suffrages récoltés avec seulement 150 000 voix. Le deuxième score le plus faible pour le parti depuis 1998 sur l’actuelle région Bourgogne-Franche-Comté.

Julien Odoul arrive néanmoins en tête dans son département de l’Yonne avec près de 30% des voix. Visiblement marqué par un score très en deçà des sondages, la tête de liste du Rassemblement national s’interroge à haute voix à la tribune : "Où êtes-vous ? Où êtes-vous ce soir pour faire gagner nos idées ? C’est à vous de nous donner la victoire. C’est à vous de vous mobiliser dimanche prochain. La victoire est possible si vous vous bougez." Il lance à nouveau un appel aux électeurs de Gilles Platret, le candidat LR.

Marie-Guite Dufay veut rester en "famille" à gauche

"Ma famille elle est à gauche" a répété sans hésiter la présidente sortante Marie-Guite Dufay (PS/PCF), bien consciente que de nombreux électeurs de gauche ne sont pas prêts à adhérer à une fusion avec la liste de Denis Thuriot (LREM). "La République en Marche ne fait pas partie des forces de gauche" a-t-elle appuyé sur la plateau de France 3 Bourgogne-Franche-Comté. 

Le total des scores de la gauche (PS, Ecologistes, Temps des cerises) avoisine les 40 %. Avec 4,5% des voix, la liste Le Temps des cerises n'est en mesure ni de se maintenir, ni de fusionner. En revanche, avec un score qui dépasse les 10%, la liste de Stéphanie Modde est en mesure de se maintenir. Mais une fusion socialiste/écologiste semble déjà actée. 

Découvrez notre article : Régionales 2021 : Quelles alliances de second tour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Un résultat décevant pour LREM qui décide finalement de se maintenir au second tur

Avec 11,68 % des voix, la tête de liste LREM réalise un score nettement en dessous de ses espérances. Alors que la gauche sort plus forte qu’attendu du 1er tour et que le Rassemblement national ne semble pas en mesure de décrocher la région, Denis Thuriot doit même renoncer au rôle d’arbitre qui lui prédisaient les sondages. Ce dimanche soir, sur le plateau de France 3, la présidente sortante, Marie-Guite Dufay a définitivement fermé la porte à une alliance de second tour.

Quel avenir pour la liste LREM ? Elle peut se retirer pour assurer à la majorité sortante un meilleur score face au Rassemblement national. "Il n'est pas du tout envisageable que je me retire" a assuré le candidat en fin de soirée dimanche soir. La liste LREM pourrait donc se maintenir et décrocher un peu moins d’une dizaine de sièges d’opposition dans la future assemblée régionale. "La réponse dans quelques heures" a assuré Denis Thuriot. Il a annoncé dans un communiqué lundi 21 juin en début de matinée, qu'il se maintenait : "Nous constatons le refus de la Présidente sortante de constituer un arc politique républicain, préférant le sectarisme d’un accord rétréci avec les communistes et les verts. Ce choix exclura une grande partie des bourguignons francs-comtois. Nous rejetons bien évidemment les extrémistes des droites. Nous prenons donc la décision de nous maintenir au second tour, ainsi que les électeurs en ont décidé. Nous les remercions de leur confiance et les appelons tous à la plus forte mobilisation le 27 juin pour voter pour des élus et un projet qui rassemblent" . Cinq listes sont en capacité de se maintenir au second tour des régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

Les candidats qualifiés pour le second tour ont jusqu’à mardi 18 heures pour déposer leurs listes ou fusionner, ou se retirer.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections régionales 2021 politique élections région bourgogne franche-comté fusion des régions réforme territoriale