• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Régionales : Marine Le Pen (Front National) est venue soutenir Sophie Montel

Marine Le Pen est venue soutenir la candidate du FN Sophie Montel aux élections régionales / © France 3 Franche-Comté : Olivier Lopez
Marine Le Pen est venue soutenir la candidate du FN Sophie Montel aux élections régionales / © France 3 Franche-Comté : Olivier Lopez

Le leader du Front National, Marine Le Pen est venue soutenir Sophie Montel ce mercredi 28 octobre lors d'un meeting à Besançon dans la Doubs. 200 à 300 personnes étaient rassemblés à Micropolis. Ambiance avec nos confrères de France 3 Franche-Comté.

Par Christophe Tarrisse

Le Front National tenait l'un de ses grands meetings pour élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté ce mercredi 28 octobre. La leader du parti frontiste, Marine Le Pen s'est déplacée à Besançon dans le Doubs pour apporter son soutien à Sophie Montel, la tête de liste régionale, et tenir un meeting à Micropolis devant 200 à 300 personnes.

A son entrée dans la salle  Marine Le Pen a été accueillie par des cris "la honte" de la part de cinq jeunes militants d'extrême-gauche. Ils ont été évacués de la salle après avoir jeté des tracts. Le FN espère pouvoir faire tomber la région, Sophie Montel parlant d'une "troisième surprise" aux élections régionales avec Marine Le Pen et Florian Philippot.

Un sondage BVA vendredi dernier prévoyait que le Front National pourrait remporter une à deux région. Dans la région en cas de  triangulaire, la droite et le centre sont crédités de 36% des intentions de vote au second tour, la gauche de 34% et le FN de 30%. "Nous sommes, dans cette campagne des régionales, bien placés dans différents sondages au point que la grande question est de savoir si l'UMP (sic) et le PS vont se retirer, l'un pour l'autre ou fusionner ensemble", a-t-elle dit. La leader frontiste a aussi longuement critiqué Manuel Valls.

Voir le reportage de nos confrères de France 3 Franche-Comté :
Meeting FN à Besançon

 

Sur le même sujet

Mâcon : la crise dure aux urgences de l'hôpital

Les + Lus