Une rentrée des classes placée sous le signe de la musique

A Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or), les élèves de CM1 ont chanté "Il faudra leur dire" de Francis Cabrel pour accueillir les petits nouveaux du CP. / © France 3 Bourgogne
A Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or), les élèves de CM1 ont chanté "Il faudra leur dire" de Francis Cabrel pour accueillir les petits nouveaux du CP. / © France 3 Bourgogne

Une rentrée des classes 2017 particulière. Lundi matin, les élèves de l'école primaire de Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or) ont accueilli les petits nouveaux en chanson. Une rentrée en musique, proposée par le ministère de l'Education Nationale.

Par Sébastien Kerroux

C'est l'un des changements de cette rentrée des classes 2017. Sur proposition du ministre de l'Education Nationale, cette nouvelle rentrée devait se faire en musique. Une mesure qui concerne autant les élèves de primaire, que les collégiens ou lycéens.

En Bourgogne, ils sont plusieurs établissements à avoir décidé de suivre les recommandations du ministère. A Fleurey-sur-Ouche (Côte-d'Or), les élèves de CM1 ont accueilli les nouveaux élèves de CP en entonnant "Il faudra leur dire" de Francis Cabrel.


Débuter la rentrée de façon positive et favoriser les pratiques musicales

Selon un communiqué du ministère, cette rentrée en musique vise à "proposer aux élèves, qui étaient déjà présents l'année précédente, d'accueillir leurs nouveaux camarades en musique, manière chaleureuse de leur souhaiter la bienvenue". L'éducation artistique et culturelle ayant été annoncée comme l'une des priorités du quinquennat, le ministère de l'Education Nationale souhaite encourager les activités musicales scolaires et périscolaires pour l'année 2017 et les suivantes.

Une rentrée en musique sans fausse note ?

Même si cette rentrée musicale a été accueillie plutôt favorablement par les parents, l'idée du ministre de l'Education nationale et de la ministre de la Culture a surpris les enseignants. L'annonce officielle de cette rentrée musicale a été faite à la fin du mois de juin. Dans un entretien accordé à franceinfo à la fin du mois d'août, Stéphane Crochet, secrétaire général du SE-UNSA, dénonce le manque de moyens et le trop court délai accordé aux personnels des établissements scolaires pour organiser l'événement : "Il n’y a eu ni argent, ni personnel, ni aide pour nouer des partenariats. De toute façon, le délai était vraiment court : fin juin, la rentrée était déjà très calée".

Pour le secrétaire général du SE-UNSA, l'idée que les nouveaux élèves soient accueillis en musique par les anciens est "assez artificielle". Avant d'ajouter qu'il existe d'autres moyens pour aider les nouveaux élèves à trouver leurs marques à la rentrée : "on peut demander aux plus grands de leur faire visiter l'école, à un professeur de les accompagner durant la journée, ou prévoir des jeux au moment de la récré", explique Stéphane Crochet.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus