Saint-Loup-sur-Semouse : la première grève depuis 1968 chez P3G Industries ex Parisot

L'ex-entreprise de meubles Parisot fait rarement parler d'elle au chapitre social. Ce mardi 27 février, les salariés du site de Haute-Saône sont appelés à débrayer pour des augmentations de salaires. 

Un appel au débrayage a été lancé sur le site de Saint-Loup sur Semouse et le site de Mattaincourt dans les Vosges. Les salariés sont appelés à stopper le travail de 11h à 12h pour l'équipe du matin, de 12h à 13 h pour l'équipe de l'après-midi. Idem ce soir pour l'équipe de nuit.  

Malgré le froid glacial, ils étaient 110 salariés à débrayer ce matin devant l'usine de Saint-Loup-sur-Semouse. 

C'est le syndicat CGT qui appelle à la grève dans le cadre de la NAO (la négociation annuelle obligatoire sur les salaires).

Le syndicat estime les propositions de la direction insuffisantes. 550 salariés travaillent sur le site de Saint-Loup sur Semouse en Haute-Saône. Selon la CGT, la disparition de primes entraînerait jusqu'à un mois de perte de salaires. La direction propose de moins payer certaines heures, de geler la prime d'intéressement pendant deux ans, de supprimer la prime d'assiduité. 



La CGT demande à minima des augmentations de salaires. L'entreprise est en phase de redressement depuis cinq ans, mais les carnets de commandes seraient pleins. L'entreprise P3G Industries a reçu le prix Ulysse 2018 du meilleur retournement 2018. La direction n'a pas souhaité s'exprimer sur ce mouvement de grève. 



Accompagné de son premier ministre Manuel Valls, le Président de la République François Hollande avait visite l'entreprise de meubles Parisot le 14 septembre 2015 saluant le made-in France et la réussite de l'entreprise industrielle de Haute-Saône. 


L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité