14 juillet : à Cluny, pas de feu d'artifices ni de bal des pompiers, mais un défilé en calèche

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sébastien Letard

Ce 14 juillet, peu de communes ont maintenu les cérémonies habituelles en raison du contexte sanitaire. Ni feu d'artifice, ni bal des pompiers. A Cluny, en Saône-et-Loire, la mairie a pourtant organisé un défilé équestre et musical dédié aux personnes âgées et aux personnels soignants.
 


Pas de militaires ou d’anciens combattants pour ce 14 juillet à Cluny (Saône-et-Loire). Comme ailleurs, la cérémonie officielle a dû être annulée. Cette année, ni bal des pompier, ni feu d’artifc Mais pour la mairie, pas question de renoncer complètement. Elle a donc proposé un défilé alternatif auxquels les habitants étaient invités à participer depuis chez eux.

« C’est un petit 14 juillet, sans feu d’artifice, mais on est très content » se réjouit Marie Fauvey, maire de la commune élue en juin dernier. « Même si on a improvisé quelque chose à la va-vite, on est très content. L’objectif était de rendre visite aux personnes âgées, de rendre hommage aux personnels soignants et que tout le monde puisse participer à une action citoyenne, même depuis son balcon ou sa fenêtre. » Pour la nouvelle équipe municipale, élue sous l'étiquette divers-gauche, l'objectif était sans doute aussi de marquer un style. Dans le cortège qui se veut écologique, on déambule en calèche, à cheval, en Rosalie ou à vélo.
 

« Joyeux enfants de la Bourgogne… » 

Si le contexte est aux gestes barrière pour éviter la propagation du Covid-19, l’ambiance se veut néanmoins chaleureuse. La fanfare de l’Harmonie de Cluny accompagne le défilé. Cette année, pas de musique militaire mais des chansons que fait résonner la chorale : « Joyeux enfants de la Bourgogne… » 

« Quand on sort de tant de mois de confinement où on n’a pas pu jouer, il fallait que l’on soit là ! lance Pierre Bourgeoisat, le Président de l’Harmonie de Cluny qui a dû, lui aussi, s’adapter rapidement. « Evidemment, on a pas pu répéter non plus donc c’est un peu compliqué. » Devant le centre hospitalier ou un Ehpad clunisois, les choristes n’hésitent pourtant pas à donner de la voix.


Le reportage à Cluny de Frédéric Cuvier, Romy Ho-a-Chuck et Cécilia Ngoc