4 bouteilles de gaz dans le coffre, une voiture fonce dans la mairie-école de cette commune de Bourgogne et provoque un incendie

Une voiture s'est encastrée dans la mairie de Saint-Gervais-sur-Couches (Saône-et-Loire), mercredi 8 mai, autour de 18h45, avec quatre bouteilles de gaz à son bord.

La petite commune tranquille de Saint-Gervais-sur-Couches (Saône-et-Loire) est sous le choc. Mercredi 8 mai, en fin d'après-midi, le voisinage a entendu une explosion impressionnante. La cause : une voiture s'est encastrée dans le bâtiment de la mairie, qui sert aussi d'école élémentaire. La voiture a traversé la cour, monté les escaliers avant de s'écraser sur la façade.

Heureusement, en raison du jour férié, personne ne s'y trouvait. L'homme qui conduisait la voiture était lui en état d'ivresse. La voiture était chargée de quatre bonbonnes de gaz "modernes", selon Didier Ougeot, le maire du village, dont deux ont explosé et provoqué un bref incendie rapidement maîtrisé par les pompiers. 

Pour le moment, il est impossible de déterminer s'il s'agit d'une attaque, d'une tentative de suicide ou d'un accident. Une chose est sûre, Didier Ougeot, ne s'y attendait pas et l'incompréhension règne. "On se demande pourquoi ? Pourquoi ? Encore si j'avais été là, on aurait pu penser qu'il en avait après moi. Mais là il n'y avait personne. Je n’ai jamais eu de conflit avec le conducteur. Pour moi, c’est psychologique, c'est quelqu’un qui a de gros problèmes". Depuis, le maire a reçu de nombreux appels, "ici, c'est calme, personne ne pensait que quelque chose comme ça pouvait arriver."

Un voisin discret et sans histoire, comme un autre

Selon nos informations, le conducteur habitait dans une maison attenante au bâtiment visé et ses filles y sont scolarisées. Les habitants de Saint-Gervais-sur-Couches décrivent un "homme discret, sans histoire". "Il disait toujours bonjour, il était très aimable, je le croisais sur le chemin de l'école", raconte une voisine, très surprise de ce qu'il s'est passé.

Il a été pris en charge et interné par les services psychiatriques. La mairie a de son côté porté plainte et en attendant le rapport d’enquêt. Didier Ougeot, craint des réparations autour de 300 000 euros.

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité