A quoi servent les millions du volet patrimoine du plan "France Relance" en Bourgogne ?

Publié le

Dijon, Bibracte, Autun... La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, est en visite en Bourgogne ce 28 janvier à la découverte des projets soutenus par France Relance patrimoine.

"C'est une enveloppe importante pour nous : ces 1,3 millions d'euros serviront à bâtir les nouvelles réserves du futur musée d'Autun " explique d'emblée l'ingénieur du patrimoine en charge du projet de musée panoptique d'Autun Jean-Baptise Rezvoy.

La somme allouée dans le cadre du plan France relance patrimoine complète les financements des collectivités locales. " Cela permettra d'avoir un vrai centre de conservation des œuvres, indispensable pour engager le chantier du futur musée " ajoute-t-il. 

En ce vendredi 28 janvier 2022, la visite de la ministre de la Culture Roselyne Bachelot est consacrée à l'utilisation des crédits du plan France Relance Patrimoine. En Bourgogne Franche-Comté, 16,5 millions ont été affectés à des projets patrimoniaux très variés.

Outre le Musée Rolin d'Autun, en Saône-et-Loire, le musée archéologique de Bibracte sera aussi aidé à hauteur de 2,520 millions d'euros pour améliorer la présentation des collections et préserver les vestiges archéologiques : "Le gros du programme consiste à construire une salle d'exposition temporaire en sous-sol et de réaménager la salle actuelle en salle polyvalente, adaptable en auditorium " explique Laïla Ayache, la conservatrice du Musée de Bibracte

L'objectif est qu'à l'issue du chantier, on n'ait pas touché à l'enveloppe du bâtiment qui est d'une grande qualité architecturale.

Laïla Ayache, conservatrice du musée archéologique de Bibracte

L'autre versant de l'investissement consiste à protéger le chantier de fouilles du forum, découvert, il y a 30 ans, pour protéger les vestiges encore enfouis et les archéologues qui mèneront les prochaines campagnes.

Plan Cathédrales

Le plan de Relance Patrimoine comprend aussi un volet dédié aux cathédrales. Après l'incendie de Notre-Dame de Paris en avril 2019, l'Etat a décidé d'investir 80 millions d'euros dans ces joyaux du patrimoine français. En Bourgogne, les cathédrales de Sens (2,6 M€), Nevers (3,4M€), Dijon (2,6M€) et Autun (1M€) sont concernées.

Roselyne Bachelot a visité le chantier de la cathédrale Saint-Bénigne à Dijon en fin de matinée. Il consiste à mettre en valeur une rotonde de l'an mil et à restaurer la sacristie du XIXème siècle. L'investissement y est de 2,6 millions sur un montant total du chantier de 7 millions.

La cathédrale Saint-Lazare d’Autun bénéficie d’une subvention d’1 million d’euros pour l’aménagement du Trésor. 

La venue de Mme Bachelot doit permettre à la directrice et conservatrice du Musée Rolin, Agathe Mathiaut-Legros, de lui présenter le projet du futur musée : "Le musée panoptique d'Autun sera un ensemble muséal formé par l'actuel musée Rolin, la prison panoptique et l'ancien palais de Justice qui seront reliées par un souterrain. "

Le chantier devrait durer 10 ans et coûter près de 19 millions d'euros. L'ouverture de la première partie du musée est espéré en 2026.

Une fréquentation en baisse

Tous ces projets d'investissement, co-financés par France Relance, permettent aux directeurs et conservateurs d'oublier un peu la morosité ambiante.

La fréquentation de ces deux musées majeurs a énormément baissé. A Bibracte, le nombre de visiteurs a chuté de 50.000 à 30.000 visiteurs environ entre 2019 et 2021.

Même constat à Autun : "Une année habituelle, le musée Rolin accueille environ 20.000 visiteurs explique Agathe Mathiaut-Legros, la directrice. Entre les fermetures et l'absence de touristes étrangers, nous avons accueilli seulement 12.300 personnes en 2021."

Personne ne peut dire si c'est conjoncturel ou s'il s'agit de nouvelles pratiques de consommation de la culture.

Agathe Mathiaut-Lagros, directrice et conservatrice du Musée Rolin à Autun

Tous les professionnels de la culture s'inquiètent de la désertion du public : " Il y a un certain marasme depuis le confinement. Le public n'est pas revenu au musée, au cinéma, aux conférences. Il est compliqué de comprendre la logique des pratiques culturelles actuelles" conclut Agathe Mathiaut-Legros.

En Bourgogne Franche-Comté, l'ensemble du plan de relance dédié au secteur culturel s'élève à 32 millions d'euros. La moitié du budget est dédiée aux acteurs du spectacle vivant, des métiers du livre, du secteur musical ou de l'audiovisuel.