"C’est un moment fort de réparer un oubli de l’histoire" : l'hommage à une résistante accusée à tort de collaboration

À Verdun-sur-le-Doubs, en Saône-et-Loire, la traditionnelle cérémonie du 8 mai était l'occasion de mettre en lumière une résistante jusque-là restée dans l'oubli. Lucienne André a désormais son nom sur le monument aux morts de la commune.

En 1944, Lucienne Andrée avait été assassinée après avoir été accusée, à tort, de collaboration. 79 ans plus tard, la voilà réhabilitée et son nom figure désormais sur le monument aux morts de Verdun-sur-le-Doubs.

"C’est très fort pour ma famille. Je ne l’ai pas connu car je n'étais pas née. On n'en parlait pas et j’ai tout découvert après, c’est émouvant. Je suis heureuse pour mes grands-parents, tous ses amis et ceux qui l’ont connu", témoigne Lucienne Dupraz, sa nièce.  

Agent de liaison de 1942 à 1944

Président de l'association nationale des anciens combattants de la résistance du Louhannais, Vincent Bernard tenait à mettre en lumière la vie de cette résistante oubliée. "Elle était téléphoniste à Louhans à partir de 1942. Elle recevait des messages de l’occupant, les interceptait et les envoyait à ses chefs de mouvement. Les résistants savaient où et quand était la milice, et ça a évité l’arrestation de pas mal de résistants."

Quelques mois plus tard, Lucienne Andrée est mutée à Verdun-sur-le-Doubs. Elle rejoint alors le groupe de résistance Marius de François Flamand et continue à être agent de liaison. "Elle a vu des choses pas correctes de la part des résistants. Elle était prête à dévoiler ce qu’elle a vu, mais ses supérieurs l'ont exécuté en 1944 car elle savait trop de choses", explique Vincent Bernard.

"C’est un moment fort de réparer un oubli de l’histoire"

Aujourd'hui, son nom figure aux côtés des autres résistants qui ont oeuvré pour la commune, et c'est une fierté pour le maire. "Il était temps qu’elle apparaisse, et de la déclarer morte pour la France. Il était important de réhabiliter cette personne en inscrivant son nom sur le monument aux morts. C’est un moment fort en tant que maire, de réparer un oubli de l’histoire, devant les enfants dont j’ai apprécié la présence."

Aujourd’hui, madame Andrée vous avez fait votre devoir. Aujourd’hui, nous l’exprimons en inscrivant votre nom. 

Claude Marchal

Maire de Verdun-sur-le-Doubs (SE)

Car c'est aussi devant plusieurs classes, lors de la traditionnelle cérémonie du 8 mai, que s'est déroulée la réhabilitation. "C'est important de commémorer la mémoire de ceux qui ont combattu. On entend de plus en plus parler des femmes résistantes même si c'est encore rare, c'est très bien de la mettre à l’honneur aujourd'hui", témoigne une élève de première.

Élève en terminale au lycée militaire d'Autun, Mathis Lacour a apprécié la cérémonie. a reste une cérémonie militaire, donc c’est important pour nous. Le devoir de mémoire, c'est quelque chose auquel on tient, on a beaucoup de respect pour les traditions. Il y a certes eu une majorité d’hommes, mais des femmes aussi se sont battues et c’est important de les honorer."