• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Carburants : comment s'organiser face à la hausse des prix du gazole ?

La hausse du prix des carburants a un impact sur le pouvoir d'achat et la vie quotidienne / © VINCENT PEREIRA /MAXPPP
La hausse du prix des carburants a un impact sur le pouvoir d'achat et la vie quotidienne / © VINCENT PEREIRA /MAXPPP

La hausse du prix du gazole a un impact sur le pouvoir d'achat et la vie quotidienne. Comment s'organisent ceux qui ne peuvent faire autrement que prendre leur véhicule ? Covoiturage, transports en commun ou ... pas de solutions du tout !
 

Par Fanny Borius

Corinne Lardenois ne décolère pas. Propriétaire d’une bouquinerie itinérante à Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire, elle est directement impactée par la hausse du carburant. "On en a ras-le-bol, ça fulmine depuis un moment". Libraire, elle vend ses livres d’occasion à petits prix "car la culture doit appartenir à tout le monde", et elle ne souhaite pas que l'augmentation des prix du carburant change cette philosophie.

Se battre pour notre carburant, c’est aussi important que se battre pour les hôpitaux ou la sécurité sociale


Il y a quelques jours, cette Montcellienne a lancé un mouvement prévu pour le samedi 17 novembre prochain. Elle veut organiser "une sorte d’assemblée générale pour qu’on décide tous ensemble de ce qu’il faut faire". Rien à voir donc avec le mouvement de blocage sur la RCEA prévu le même jour ou celui de Chalon-sur-Saône : "c’est une plus grande ville mais ça nous fait trop loin donc trop cher, on préfère manifester dans notre ville, Montceau-les-Mines. On veut fédérer du monde et faire bouger les consciences parce que se battre pour notre carburant, c’est aussi important que se battre pour les hôpitaux ou la sécurité sociale", estime-t-elle.   
 

Aujourd’hui, je ne peux plus me le permettre


Pour faire un meilleur chiffre d’affaires, Corinne fait régulièrement des brocantes le week-end. Cela veut dire aller sur la route, faire des grands trajets sur toute la Bourgogne. Ce week-end, elle devait aller à un rassemblement de bouquinistes à Monéteau, dans l’Yonne. Elle n’a pas pu s’y rendre, faute de rentabilité suffisante : "C’était 80 euros aller-retour et 50 euros l’emplacement. Aujourd’hui, je ne peux plus me le permettre".

Rassemblement à Montceau-les-Mines le samedi 17 novembre à 14h à la Capitainerie.  

Blocage de la RCEA entre Montceau et Chalon-sur-Saône prévu le 17 novembre 

 
Les prix des carburants sont repartis à la hausse
Les prix des carburants sont repartis à la hausse


 

"Ce week-end, le gazole a baissé de 3 ou 4 centimes. Pourquoi ce yoyo ?".



Jean-Côme est chauffeur routier et vit à Etang-sur-Arroux, en Saône-et-Loire. Si la hausse du gazole ne l’impacte pas directement, "c’est plutôt mon patron qui est touché car la somme à débourser est astronomique".

Il parcourt chaque mois en moyenne 10 000 kilomètres, ce qui équivaut à 4200 litres de gazole écoulés. "Avant, 1 litre valait 1 euro. Maintenant, au lieu de débourser 4200 euros par mois, la facture est de 6300 euros par mois de carburant dépensé. C’est un gros budget".

D’un point de vue personnel, cette hausse empiète sur son pouvoir d’achat même s’il ne comprend pas toutes les subtilités de ces différences de prix : "Ce week-end, le gazole a baissé de 3 ou 4 centimes. Pourquoi ce yoyo ?".

 
Yvon, l'application d'aide à la mobilité dans le Grand Chalon souhaite étendre son rayon d'action / © le Grand Chalon
Yvon, l'application d'aide à la mobilité dans le Grand Chalon souhaite étendre son rayon d'action / © le Grand Chalon

 

Yvon, l'application qui pourrait se développer dans les mois qui viennent 


L’agglomération du Grand Chalon a innové l’an dernier grâce à une application de covoiturage : Yvon promet de mettre en contact des usagers de la route – conducteur et passager – pour favoriser le partage de trajets dans l’agglomération chalonnaise.

Un an après son lancement, le bilan est mitigé mais encourageant selon Eric Mermet, vice-président chargé des transports au Grand Chalon : "Nous avons 665 utilisateurs de l’offre covoiturage et 550 propositions de covoiturage ont été postées en un an sur l’application. Parmi elles, 25% ont trouvé preneur. Cette statistique nous pousse à aller plus loin, c’est pourquoi nous allons proposer 2 nouveautés : d’abord étendre le périmètre à 100 km autour de Chalon pour inclure une grande ville comme Dijon dans les trajets, deuxièmement, intégrer toutes les lignes de bus de la région car cette application se veut aussi un assistant à la mobilité".
 

10 000 utilisateurs d'ici fin 2019



La priorité de cette application est d’aider et de favoriser les échanges lors des trajets domicile-travail, une façon de rouler plus écologique, mais aussi… plus économique. Ses inventeurs espèrent fédérer 10 000 utilisateurs d'ici la fin d'année 2019. 


 
Les automobilistes confrontés à la hausse des prix des carburants cherchent des solutions alternatives
Les automobilistes confrontés à la hausse des prix des carburants cherchent des solutions alternatives


L’augmentation du gasoil, une préoccupation pour chacun d’entre nous qui utilisons régulièrement la voiture.
Elle s’explique en partie par les hausses des cours à l'international mais aussi par les mesures du gouvernement pour équilibrer la fiscalité du diesel. En effet, les taxes perçues par l’Etat sur le diesel ont augmenté de 10% en 2018.

Le gazole, premier carburant vendu en France, a bénéficié pendant longtemps de nombreux avantages fiscaux auxquels le gouvernement a souhaité mettre fin. Il dit assumer "une politique conçue pour réduire le réchauffement climatique et les morts prématurées liées à la pollution de l'air et au tabagisme".

Devant les mouvements de mécontentement qui s’organisent, le gouvernement a déjà prévenu qu’il ne comptait pas reculer.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus