Chalon dans la rue : le ressenti des commerçants sur l'édition 2019

La place Saint-Vincent. / © France 3 Bourgogne
La place Saint-Vincent. / © France 3 Bourgogne

Le festival Chalon dans la rue attire de nombreux festivaliers dans la ville. C'est l'occasion de voir des spectacles et aussi celle de pousser la porte des commerces. Nous sommes allés demander à des commerçants si l'édition 2019 était une bonne année pour leurs affaires.

Par Fatima Larbi

Tous les ans, la troisième semaine de juillet, la ville de Chalon-sur-Saône vit au rythme de son festival Chalon dans la rue. Mais cette année, le festival a été décalé d’une semaine du mercredi 24 au dimanche 28 juillet 2019, à cause du passage du Tour de France.

A Chalon, le festival est un événement incontournable qui attire de nombreuses personnes, 200 000 en 2018.

Pendant cinq jours, les festivaliers déambulent et occupent l’espace public. Ils vont d’un spectacle à un autre, sans oublier de s’arrêter dans les commerces de la ville pour se désaltérer, se restaurer ou simplement acheter quelque chose qui leur fait envie.

Nous sommes allés à la rencontre de certains commerçants : un gérant de bar, Pascal Guillet, un couple de restaurateurs, Stéphanie et Rémi Barthelet et la gérante d’un magasin de décoration et de vêtements, Christelle Garnier.

Certains sont installés depuis longtemps comme Pascal depuis 31 ans, d’autre plus récemment, c’est le cas de Stéphanie et Rémi qui sont là depuis trois ans. Tous nous ont fait part de l’effet qu’avait le festival sur leur commerce à la veille de la clôture du festival.
 
Chalon dans la rue : le ressenti des commerçants sur l'édition 2019
 

♦ Le festival Chalon dans la rue a-t-il des retombées sur le commerce ?

Tous ces commerçants sont à priori d’accord sur un point : Chalon dans la rue attire du monde et pendant la période du festival la consommation augmente et booste le chiffres d’affaire des commerces. Pour certains d’entre eux, c’est même un enjeu économique important.

Il ne faut pas se tromper. De nombreux petits commerces jouent leur année avec le festival.  Stéphanie Barthelet, restauratrice


 

♦ La météo a des conséquences sur l'édition 2019

Tous sont aussi d’accord pour penser cette édition 2019, a attiré moins de monde.  Les conditions météo sont mises en avant, trois jours de canicule suivis de gros orages.

Pour Pascal Guillet, gérant d’un bar à deux pas de la place Saint-Vincent, recouverte de terrasses de cafés où s’attablent les festivaliers, seule la météo est responsable de cette baisse de fréquentation.

 Les gens déambulent dans les rues mais avec la chaleur, l’après-midi il y avait beaucoup moins de monde.


Pour lui, malgré la baisse de fréquentation, le festival est une bonne chose  pour la ville et ses commerces. Et, le fait que les lieux de spectacle ne se trouvent pas uniquement au centre-ville, mais aussi dans d’autres quartiers n’est pas un problème.

Il faut que tout le monde participe à cet événement et en profite, on ne peut pas faire toujours travailler la mêmes personnes. 


Un avis qui n’est pas partagé par Stéphanie et Rémi Barthelet qui tiennent un restaurant rue aux Fèvres depuis trois ans. Ils ont trouvé les deux dernières années très bonnes mais cette année leur paraît plus mitigée, avec une ambiance différente.
 
© France 3 Bourgogne
© France 3 Bourgogne

 

♦ Le festival Chalon dans la rue s'installe aussi en dehors du centre-ville

Pour Stéphanie et Rémi, le fait de déconcentrer le festival en dehors du centre-ville a modifié l’ambiance dans la rue. Fini l’effet d’une foule permanente, on ne le constate plus que lorsqu’il y a des spectacles place Saint-Vincent.

Même si cela ne fait que trois ans qu’ils se sont installés, ils regrettent la foule déambulant dans la rue programmes sous le bras et les petits spectacles au coin des rues. Pour eux, le fait que les lieux de spectacle ne soient plus qu’en centre-ville a perturbé leurs habitués.

 Beaucoup de nos habitués se plaignent car ils n’ont plus le temps de s’arrêter entre spectacles. 


Rémi et Stéphanie trouvent aussi que la météo a perturbé leur chiffre d’affaire. Avec la canicule, les clients ont boudé le stand de gaufres qui se trouve à l’entrée du restaurant. Quant à l’orage, les pluies diluviennes ont fait tomber le store de la terrasse et provoqué une coupure d’électricité.

Christelle Garnier est gérante d’un magasin de décoration près de la rue aux Fèvres depuis 30 ans. Elle aime cette clientèle venant du monde entier qu’attire le festival.

Certains de nos clients sont des programmateurs qui viennent de partout, Japon, Suisse, Auvergne… 


Elle aussi constate une baisse de la consommation, mais elle n’arrive pas à dire si elle est uniquement due à la météo ou si la programmation en est aussi responsable.

Même s’ils ont des points de vue différents sur les raisons de cette baisse de clientèle, tous s’accordent pour dire que l’édition 2019 ne sera probablement pas une grosse année Chalon dans la rue pour leurs commerces.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus