• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Chalon-sur-Saône : le maire prend un arrêté pour encadrer les mariages “trop bruyants”

Gilles Platret, sur le plateau de France 3 Bourgogne le dimanche 13 décembre / © FTV
Gilles Platret, sur le plateau de France 3 Bourgogne le dimanche 13 décembre / © FTV

Pour Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, en Saône-et-Loire, "certains mariages sont l'occasion de débordements inacceptables". L’élu Les Républicains dénonce "des stratégies de maîtrise de l'espace public au profit de quelques-uns".

Par B.L.

"Régulièrement, des mariages sont accompagnés, souvent contre la volonté des mariés eux-mêmes, de débordements inacceptables, tant à l'hôtel de ville que dans les rues de la ville. La joie de l'événement donne prétexte à de véritables provocations, qui cachent mal des stratégies de maîtrise de l'espace public au profit de quelques-uns. Ceci ne saurait être toléré sur le territoire de la République", déclare Gilles Platret vendredi 15 avril 2016.

Il annonce qu’il a "décidé de prendre un arrêté réglementant le bon déroulement des cérémonies de mariages civils à l'hôtel de ville". Le texte prévoit entre autres que :
  • "que les futurs époux devront se présenter dans la salle des mariages dans une tenue correcte et le visage découvert
  • qu'en respect des principes de laïcité et de neutralité de la République, les chants, prières et actes à caractère religieux sont rigoureusement interdits à l'intérieur de l'hôtel de ville, ainsi que tout déploiement de banderoles, drapeaux et affiches
  • que l'usage de klaxons, pétards ou assimilés dans la mairie ou dans les rues demeure interdit".
"En cas de comportements démonstratifs trop bruyants de nature à troubler le bon déroulement de la célébration, l'officier d'état-civil sera désormais habilité à suspendre la cérémonie.
De la même façon, en cas de troubles à l'ordre public, les services de police n'auront aucune hésitation à verbaliser les contrevenants", indique le maire de Chalon-sur-Saône.

Gilles Platret a déjà pris plusieurs arrêtés qui ont suscité d’intenses polémiques 


Ce fut le cas notamment quand il a annoncé qu’il allait supprimer le menu de substitution au porc dans les cantines scolaires de sa ville au nom du "principe de laïcité".

I
l a aussi pris un arrêté "anti-mendicité" interdisant "l'occupation abusive" du centre-ville, qui a été retoqué par la justice à deux reprises.

"Mariages : les débordements devront cesser"

"Partout en France se développe un phénomène particulièrement pénible : certains mariages sont l'occasion de débordements inacceptables, de nature à nuire à la solennité de la cérémonie de célébration publique et d'engendrer, dans les rues et sur les places, des perturbations en violation flagrante du Code de la route et mettant en danger les usagers de la voie publique.

Il y a quelques mois, mon collègue Maire de Nice a dû repousser la célébration d'un mariage à une date ultérieure, estimant qu'il ne pouvait pas officier sereinement du fait des troubles provoqués par certains éléments particulièrement agités du cortège nuptial. Tout récemment, mes collègues Maires de Dijon et Chenôve se sont publiquement plaints des mêmes soucis.

Chalon n'a pas échappé à ce triste phénomène. Régulièrement, des mariages sont accompagnés, souvent contre la volonté des mariés eux-mêmes, de débordements inacceptables, tant à l'hôtel de ville que dans les rues de la ville. La joie de l'événement donne prétexte à de véritables provocations, qui cachent mal des stratégies de maîtrise de l'espace public au profit de quelques-uns. Ceci ne saurait être toléré sur le territoire de la République.

Pour encadrer ce phénomène, j'avais été amené à édicter l'année dernière une Charte des Mariages, obligatoirement signée par les futurs époux et leur rappelant les consignes élémentaires en matière de maintien de l'ordre public à l'occasion des cérémonies.

Aujourd'hui, afin de donner plus de poids aux obligations qui pèsent sur chacun des membres du cortège nuptial, j'ai décidé de prendre un arrêté réglementant le bon déroulement des cérémonies de mariages civils à l'hôtel de ville.

Il est notamment rappelé à chacun :
. que l'horaire fixé pour le début de la cérémonie doit être scrupuleusement respecté
. que seule la voiture des mariés est autorisée à stationner sur la place de l'Hôtel-de-Ville le temps de la cérémonie
. que les futurs époux devront se présenter dans la salle des mariages dans une tenue correcte et le visage découvert
. qu'en respect des principes de Laïcité et de neutralité de la République, les chants, prières et actes à caractère religieux sont rigoureusement interdits à l'intérieur de l'hôtel de ville, ainsi que tout déploiement de banderoles, drapeaux et affiches
. que l'usage de klaxons, pétards ou assimilés dans la mairie ou dans les rues demeure interdit
. que tous les conducteurs de véhicules du cortège devront avoir une attitude responsable et respectueuse des autres.

En cas de comportements démonstratifs trop bruyants de nature à troubler le bon déroulement de la célébration, l'officier d'état-civil sera désormais habilité à suspendre la cérémonie. De la même façon, en cas de troubles à l'ordre public, les services de Police n'auront aucune hésitation à verbaliser les contrevenants.

Un mariage est un moment important, où l'expression de la joie est compréhensible. Mais cette expression doit s'exercer dans un cadre respectueux de la loi et de tous les citoyens de notre ville."

Gilles Platret

A lire aussi

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus