Fête foraine de Chalon : Marie-Claude Jarrot (LR) juge "farfelue et illégale" l'initiative de Gilles Platret

La démarche du maire de Chalon-sur-Saône fait polémique, y compris à droite. En autorisant l'organisation de la fête foraine sur sa commune, il brave les interdictions sanitaires. La maire de Montceau-les-Mines et présidente de l'association des maires du département se montre très critique.

Marie-Claude Jarrot est maire de Montceau-les-Mines et présidente de l'association des maires de Saône-et-Loire.
Marie-Claude Jarrot est maire de Montceau-les-Mines et présidente de l'association des maires de Saône-et-Loire. © A.M/ France Télévisions

Annulée, réautorisée, puis de nouveau annulée mercredi 3 mars. Le feuilleton n’est pas prêt de se terminer. Alors que le tribunal administratif de Dijon a suspendu l'arrêté municipal autorisant l’organisation de la fête foraine de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, le maire LR de la ville a déjà contesté la décision auprès de la cour d’appel administrative de Lyon. 

L’événement qui devait à l’origine avoir lieu du 5 au 14 mars est donc pour l’instant interdit et les forains déjà sur place, sont remontés : "La situation devient dramatique, ça fait depuis octobre pour les plus chanceux, d’autres depuis le carnaval 2020, qu’ils ne travaillent plus", explique ce jeudi soir Lucas Baudot, chargé de la communication de la fête de Chalon, "Ils sont en colère qu’on ne reconnaissent pas leur profession dans cette crise totale. Pour eux, ce n’est pas possible d’interdire une fête foraine, ça fait partie de notre patrimoine. Il y a une vraie révolte".

Ça fait du bien de voir qu’on a énormément de soutien de la part du public.

Lucas Baudot, chargé de communication de la fête foraine de Chalon


Selon le chargé de communication, la population chalonnaise soutient activement les forains : "Ça fait du bien de voir qu’on a énormément de soutien de la part du public et on voit l’importance de la fête foraine de Chalon-sur-Saône. On reçoit des centaines de messages par jour". Selon Lucas Baudot, des manèges non-prévus sont même venus pour "soutenir les collègues". 

Pas d’ouverture au public prévue vendredi 5 mars


Alors que se passera-t-il vendredi 5 mars ? L’événement sera-t-il maintenu en dépit de la suspension de l’arrêté ? Les forains sont-ils prêts à braver l’interdiction ? Selon Lucas Baudot, non. "Il ne se passera rien. Les forains vont peut-être organiser quelque chose entre eux demain, ça sera la surprise", explique-t-il. "Mais tant qu’il n’y a pas de décision prise par la cour d’appel administrative de Lyon, il ne se passera rien". Ainsi, pas d’ouverture au public prévue, les manèges n’étant pas dépliés. 

Les manèges ne sont pas encore dépliés.
Les manèges ne sont pas encore dépliés. © France Télévisions

Mais la démarche entamée par le maire de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, également tête de liste (LR) aux élections régionales, est loin de faire l'unanimité. Y compris dans sont propre camp. Pour Marie-Claude Jarrot, maire (LR) de Montceau-les-Mines et présidente de l’association des maires de Saône-et-Loire, l’arrêté municipal pris par Gilles Platret autorisant l’organisation de la fête foraine, est injustifié : "Une situation qui oppose un maire à un préfet n’est pas une situation normale. Je peux entendre que le maire de Chalon soutienne les forains par rapport aux difficultés qu’ils connaissent, mais en ce moment, je considère que notre objectif est avant tout de respecter les règles sanitaires qui nous sont fixées et de protéger la population". 

Il est difficile de canaliser un flux dans une fête foraine, c’est complètement farfelu et illégal.

Marie-Claude Jarrot, présidente de l'association des maires de Saône-et-Loire

Ainsi, la maire LR de Montceau estime qu’il est impossible d’organiser une fête foraine en temps de crise sanitaire. Elle va donc à l’encontre du maire de Chalon qui lui, considère que les conditions sanitaires sont désormais réunies pour que la fête puisse se dérouler. "C’est une énorme manifestation, et ce n’est pas autorisé. Il est difficile de canaliser un flux dans une fête foraine, c’est complètement farfelu et illégal", conclut l’élue. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 politique