Nucléaire : Areva gardera 15% de son activité Areva NP

Publié le Mis à jour le
Écrit par avec AFP

Le groupe EDF va reprendre la majorité d'Areva NP, c'est-à-dire la division réacteurs du spécialiste du nucléaire qui est en difficulté. Le groupe nucléaire Areva ne conservera que 15% de cette activité réacteurs.


Où va Areva ?

Le dossier est suivi de près sur les sites de Saône-et-Loire qui totalisent environ 2 300 emplois. En Bourgogne, le géant Areva possède Areva Chalon/Saint-Marcel qui fournit des équipements lourds aux centrales nucléaires et Areva Creusot Forge qui est spécialisé dans la fabrication de pièces forgées, moulées et usinées en acier).

Depuis plusieurs mois, ces salariés redoutent qu’on aille vers un démantèlement du géant du nucléaire français.

Areva NP deviendra une filiale à 51% d'EDF

Le groupe nucléaire Areva conservera 15% de son activité réacteurs Areva NP, tandis qu'EDF y prendra une participation de 51%. Interrogée lundi par l'AFP, une source proche du dossier a déclaré qu'Areva conserverait 15% de sa branche qui regroupe les activités de construction et de services aux réacteurs, valorisée à 2,7 milliards d'euros. C'est "un montant préliminaire mais qui a été acté par Philippe Varin (le président du conseil d'administration d'Areva, ndlr) et moi-même", avait précisé Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, dimanche 18 octobre au Grand Rendez-vous Europe 1/Le Monde/iTélé.
"Areva NP deviendra une filiale à 51% d'EDF et nous aurons une stratégie unique, un pilotage unique des nouveaux produits, des services, dans le domaine des réacteurs", avait dit Jean-Bernard Lévy.

Que souhaite l’Etat ?

Début octobre, on a appris que l'Etat français, actionnaire majoritaire des deux groupes, directement ou indirectement, souhaitait qu'EDF et Areva détiennent ensemble 66% d'Areva NP, avec la volonté de céder un tiers du capital à des investisseurs chinois et/ou japonais.

Areva a officialisé fin juillet un projet de cession à EDF de la majorité d'Areva NP, en précisant seulement à l'époque que l'électricien prendrait une part de 51 à 75%, tandis que le spécialiste de l'atome ne conserverait que 25% maximum.
EDF doit préciser son offre fin novembre, pour une finalisation prévue à la fin de l'année 2016.