L'usine de câbles électriques Nexans à Autun investit 40 millions d'euros

L'usine de fabrication de câbles électriques Nexans, située sur la commune d'Autun, a annoncé investir 40 millions d'euros sur 3 ans sur le site, pour améliorer sa compétitivité et anticiper une demande toujours plus croissante en conducteurs électriques.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Pour la Saône-et-Loire et pour la commune d'Autun, c'est une bonne nouvelle ! Elle vient de l'entreprise Nexans. Installée depuis 40 ans à Autun, cette entreprise emploie 230 personnes pour des activités de fabrication de câbles électriques pour le secteur du bâtiment et de l'énergie. Le site héberge aussi des services supports avec une équipe de maintenance intégrée et une activité de distribution / logistique au service des sites de Nexans France.

Un plan d'investissement sur 3 ans

Le site de Nexans Autun est le deuxième employeur de la commune. Le site produit un million de kilomètres de câbles par an. Un plan d'investissement ambitieux de 40 millions d'euros va permettre à Autun de devenir site pilote du groupe pour créer de nouveaux process de fabrication, pour ensuite les déployer dans les 40 autres sites du groupe.

Ce plan, étalé sur 3 ans, servira à améliorer la compétitivité du site et renforcer la technicité des employés. A terme, de nouveaux emplois sont prévus.

Une aubaine pour la commune, le département de Saône-et-Loire et la Région. Michel Neugnot, vice-président du Conseil Régional de Bourgogne-Franche-Comté, estime que "maintenir l'emploi en modernisant, c'est déjà un grand challenge qui est porté par cette entreprise, qui est implantée dans tout le territoire français et en Bourgogne-Franche-Comté et à Autun."

Pour le maire de la commune, Vincent Chauvet (Modem), les conséquences de ce plan d'investissement, ce sont les retombées locales sur l'emploi :"40 millions, ça veut dire 40 millions de travaux, d'investissements. Ça veut dire que pendant les 3 prochaines années, on va avoir des entreprises ici qui vont travailler pour construire, c'est important car ce sera principalement des entreprises locales. Ensuite, vu la croissance de ce secteur, la pérennisation du site va conduire à renforcer les équipes, monter en compétence, et attirer tous les talents de Bourgogne et d'ailleurs, car il y a un vrai challenge à relever les prochaines années ici."

Une demande croissante en câbles électriques

La modernisation mondiale du réseau électrique existant appelle à une forte croissance de la demande en câbles électriques; les équipements en stations de recharge pour les véhicules électriques sont par exemple une des évolutions à venir du réseau d'énergie à l'échelle mondiale.

Et c'est à contre-courant des autres secteurs industriels que le groupe Nexans vise sur l'avenir : le groupe anticipe une hausse de la demande. Avec des ressources mondiales en cuivre limitées, Nexans va miser à Autun sur le recyclage. 

Christopher Guérin, Directeur Général du groupe Nexans, confirme cette tendance : "Actuellement, il y a le basculement des énergies fossiles vers les énergies renouvelables, et surtout beaucoup d'investissements sur le renouvellement des réseaux électriques, qui sont vieux de 50 ans, mais également des bâtiments qui nécessitent de nombreuses rénovations."

Le nerf de la guerre : le prix des matières premières. Dans le cas présent, le minerai de cuivre, pour la fabrication des câbles électriques. Le cuivre a vu sa demande doubler au cours des 25 dernières années. Suivant les estimations, elle devrait encore augmenter de 43% d'ici 2035, par rapport à son niveau actuel.

Christopher Guérin explique la situation actuelle : "la capacité d'extraire et de récupérer du cuivre des mines est en train de se stabiliser. Donc on va au-devant, dans les deux ou trois prochaines années, d'une énorme pénurie de cuivre. Le seul moyen de continuer à subvenir aux besoins des réseaux électriques et des bâtiments, c'est de recycler le cuivre qui est actuellement dans les réseaux. On est assis sur des mines urbaines.
Le Directeur Général assure l'orientation prise par Nexans : "On est local pour local, on produit en France pour la France, on augmente nos capacités de recyclage, on est en train de préparer les 15 prochaines années."

Objectif 2025

La digitalisation va permettre à Nexans d’améliorer sa compétitivité : l’évolution des stocks et le fonctionnement de chaque machine seront suivis en temps réel. C'est une transformation que le site d’Autun compte achever en 2025. Pour le directeur du site d'Autun, Maxime Debay, c'est une transformation complète qui va s'effectuer : "On va moderniser nos machines, on va revoir aussi l’implantation de certaines lignes mais on va surtout apporter de la digitalisation dans l’ensemble de nos processus et notre façon de travailler."