Anomalies dans la cuve de l'EPR forgée au Creusot : y a-t-il eu des “falsifications” ?

Le groupe nucléaire Areva n'écarte pas que des "falsifications" soient à l'origine des "anomalies" qui ont été détectées au sein de son usine du Creusot, en Saône-et-Loire, là où a été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville.

Par avec AFP

D’où viennent ces informations ?

Un audit lancé fin 2015 a détecté des "anomalies" dans le suivi des fabrications d'équipements au sein de l’usine du Creusot, où a été fabriquée la cuve de l'EPR de Flamanville dont l'acier présente un défaut de composition.

Selon Les Echos, un opérateur réalisait des essais sur une pièce métallurgique et inscrivait sur le dossier de fabrication "les résultats sur l'analyse chimique de coulée, les paramètres de forgeage, l'historique de traitement thermique, les résultats des essais mécaniques".
"En cas de valeur obtenue dans le haut de la norme requise, les procès-verbaux de certains dossiers de fabrication auraient été modifiés", révèle le journal, qui cite une source anonyme.

La cuve de l’EPR de Flamanville introduite dans le réacteur le 24 janvier 2014 / © MaxPPP/PHOTOPQR/OUEST FRANCE
La cuve de l’EPR de Flamanville introduite dans le réacteur le 24 janvier 2014 / © MaxPPP/PHOTOPQR/OUEST FRANCE


Y a-t-il eu des "falsifications" ?

"Je ne peux pas l'exclure", a déclaré le directeur général d'Areva, Philippe Knoche au journal Les Echos. "On a des procès-verbaux contradictoires. Soit il y a eu des essais complémentaires qui ne sont pas tracés, et il faut qu'on ait la conviction qu'ils existent. Sinon, il faudra en tirer les conséquences", a-t-il ajouté.

Pour sa part, Bercy attend les résultats complets de l'audit mené sur les fabrications de Creusot Forge, avant de se prononcer, indique le site internet des Echos lundi 2 mai 2016.



Pourquoi cette information est-elle donnée aujourd'hui ?

L'éventualité d'une falsification est révélée quelques heures après la visite du ministre de l'Economie Emmanuel Macron sur le site où est fabriquée la cuve au Creusot.

Anomalies dans la cuve de l'EPR forgée au Creusot : y a-t-il eu des "falsifications" ?
L'usine Creusot Forge du groupe Areva aurait-elle falsifié des dossiers ? C’est une révélation du journal "Les Echos" qui explique qu'un audit mené suite aux imperfections découvertes sur la cuve de l'EPR de Flamanville a détecté des incohérences dans les dossiers de fabrication. Cette révélation a lieu au lendemain de la visite du ministre de l'économie Emmanuel Macron sur le site de Creusot Forge. Intervenant : David Emond, directeur de la division fabrication des réacteurs - Areva, en avril 2015  - Récit : Théo Souman/ Infographie : Cyrille Fouquin/Montage : Sophie Rethore
Récit : Théo Souman / Infographie : Cyrille Fouquin / Montage : Sophie Rethore

Creusot Forge est spécialisé dans la fabrication et l'usinage de grandes pièces forgées et moulées complexes. Il s’agit d’éléments indispensables à la fabrication des composants primaires de l'îlot nucléaire.

Le groupe Areva, qui est en grande difficulté financière, veut supprimer environ 6 000 emplois dans le monde, dont certains en Saône-et-Loire. Le solde des postes qui seraient supprimés concernerait respectivement 175 postes à Saint-Marcel, 81 postes à Chalon Services et 71 postes au sein de Creusot Forge.

Anomalies chez Areva au Creusot : quelles conséquences pour le nucléaire ?
De nouvelles turbulences pour Areva, le géant du nucléaire. Une polémique concerne certains équipements fabriqués au Creusot, en Saône-et-Loire. Des soupçons de falsifications pèsent sur l'acier qui a servi à fabriquer la cuve du réacteur de Flamanville. Ces révélations du quotidien 'Les Echos' ont créé une onde de choc. Intervenants : -Jean-Luc Moine, délégué syndical CGT Areva -David Marti, président de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau (CUCM) et maire du Creusot (PS) -Christophe Neugnot, porte-parole d'Areva  - Reportage : Fanny Borius et Cécile Claveaux/Montage : Sophie Rethore
Reportage : Fanny Borius et Cécile Claveaux / Montage : Sophie Rethore / Intervenants :
  • Jean-Luc Moine, délégué syndical CGT Areva
  • David Marti, président de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau (CUCM) et maire du Creusot (PS)
  • Christophe Neugnot, porte-parole d'Areva

Que va-t-il se passer maintenant ?

L’audit mené au Creusot va être étendu à l'usine de Saint-Marcel, à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire), qui assemble les composants lourds équipant les réacteurs, ainsi qu’à celle de Jeumont (Nord), qui produit des équipements mobiles pour réacteurs.

Environ 60% des anomalies concernent des pièces nucléaires et 40%, des pièces non nucléaires, indique Areva. Au total, des incohérences ont été repérées dans environ 400 dossiers sur les quelque 10 000 audités, remontant jusqu'à 1965.

Le groupe Areva, qui a racheté la forge en 2006, assure que les anomalies ont commencé à décroître à partir de 2010 et que les procédures de fonctionnement sont désormais différentes.

A lire aussi

Sur le même sujet

Perrine Goulet : Faut-il "tirer" en cas d’intrusion dans une centrale nucléaire ?

Près de chez vous

Les + Lus

Les + Partagés