Le Creusot : le fabricant de tunneliers NFM Technologies attend toujours d’être fixé sur son avenir

Les salariés du seul fabricant français de tunneliers vont devoir patienter encore un peu pour connaître le nom de leur repreneur. La décision du tribunal de commerce, attendue mercredi 7 novembre 2018, a été reportée de deux semaines.
 
Le groupe NFM Technologies emploie 149 salariésau Creusot, en Saône-et-Loire, et à Villeurbanne
Le groupe NFM Technologies emploie 149 salariésau Creusot, en Saône-et-Loire, et à Villeurbanne
L’entreprise NFM Technologies emploie 149 salariés : une soixantaine d'employés  travaillent à l'usine du Creusot, en Saône-et-Loire, et les autres au siège de Villeurbanne, dans la banlieue de Lyon.

Le groupe allemand Mülhäuser est le seul repreneur déclaré

Le seul constructeur français de tunneliers a été racheté en 2011 par le groupe chinois NHI, qui est aujourd’hui en grande difficulté.
C’est ainsi que NFM Technologies s’est retrouvé en redressement judiciaire au mois d’août 2018.

Deux offres de reprise avaient été déposées : celle du groupe allemand Mülhäuser, partenaire historique de l'entreprise, et celle du groupe de métallurgie et mécanique Altifort.
Mais entretemps, Altifort, qui a fort à faire avec son projet de reprise de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve (Nord), a jeté l'éponge. Le groupe Mülhäuser reste donc seul en lice.

 
NFM Technologies était le seul fabricant français de tunneliers : il a été repris par le groupe allemand Mülhäuser et rebaptisé Tunneling Equipment.
NFM Technologies était le seul fabricant français de tunneliers : il a été repris par le groupe allemand Mülhäuser et rebaptisé Tunneling Equipment.

 

Pourquoi la décision du tribunal a-t-elle été repoussée ?  

Le tribunal de commerce de Lyon s'est donné deux semaines de plus pour rendre une décision. L'audience décisive est désormais fixée au mercredi 21 novembre 2018.

Ce délai supplémentaire doit permettre à l'unique candidat à la reprise d’améliorer son offre. Cela doit permettre à Mülhäuser "d'étayer son dossier, surtout au point de vue financier. Il doit aussi l'améliorer sur le plan social et économique", indique Luc Devaux, le directeur général de NFM Technologies.

Notre groupe dispose des ressources financières suffisantes pour tenir jusqu'au 21 novembre, mais pas au-delà, précise Luc Devaux.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie