La Cour des Comptes épingle le restaurant universitaire du Creusot

Le restaurant universitaire de la ville du Creusot, en Saône-et-Loire, est en déficit. Construit récemment, il est surdimensionné. La Cour des Comptes a relevé l'anomalie dans son rapport annuel publié en février 2015. 

Un restaurant universitaire sudimensionné

" Au Creusot, troisième ville étudiante de Bourgogne, le CROUS gérait un RU situé à 15 minutes à pied des lieux d'enseignement, et de ce fait, peu fréquenté. L'ouverture en 2012 d'un nouveau restaurant, plus proche des lieux d'étude, a été soutenu par les collectivités territoriales.

Son dimensionnement (250 places) a cependant été établi sur des hypothèses trop optimistes, avec un objectif de 500 à 550 repas par service. Ces estimations reposaient également sur l'espoir de capter une clientèle non étudiante alors que l'offre de restauration collective était déjà importante. Aujourd'hui, la fréquentation se situe autour de 200 repas par jour.

Le surdimensionnement du restaurant occasionne des surcoûts que le CROUS doit assumer, car s'il a bénéficié de subventions d'investissement des collectivités pour construire le restaurant, il ne reçoit pas de subventions de fonctionnement. S'y ajoute le loyer de l'ancien restaurant que le CROUS doit payer."



Des solutions existent; les fermetures de RU sont rares 

Le rapport annuel de la Cour des Comptes indique que les restaurants traditionnels peuvent parfois être convertis en locaux multiservices intégrant une unité de restauration réduite, un espace associatif, des services courants ou un accueil administratif et social.

Une possibilité qu'il faut toutefois nuancer car dans un contexte budgétaire contraint, l’État doit aussi envisager la fermeture des structures de restauration mal situées ou surdimensionnées. Or, si les CROUS ont abandonné un certain nombre de cafétérias non rentables, la fermeture de restaurants est beaucoup plus rare.

Des solutions existent pour mutualiser les capacités de production et maintenir une offre à tarif social dans les villes moyennes ou les petites villes, à travers des conventions passées avec d’autres organismes publics gérant de la restauration et facturant au coût marginal.

En 2013, les 213 restaurants agréés par le réseau ont servi plus de 3,2 millions de repas, pour une dépense des CROUS de 4,14 M€. La subvention d’équilibre s’élève ainsi à 0,91 € en moyenne par repas, contre un coût moyen de 5,36 € pour un repas préparé au CROUS.

Cour des comptes - Rapport public annuel 2015 – février 2015

Reportage: Stéphane Robert et Gabriel Talon
Intervenants:
 - Elodie Duraes - Responsable de l'antenne creusotine du CROUS
 - David Marti - Président de la Communauté Urbaine Creusot-Montceau (PS), propriétaire du restaurant universitaire