Mâcon : de nouvelles caméras renforcent la sécurité des lieux publics

L’efficacité de la vidéo surveillance n’est plus à démontrer. A Mâcon, ces équipements ont permis de retrouver des auteurs de délit. Il y avait déjà une cinquantaine de caméras. 23 autres seront prochainement installées.

La politique de vidéo surveillance des rues de Mâcon date de 2007.

Les premières caméras ont été installées en 2011 dans les lieux publics, les parkings, les lieux passants : 29 caméras fixes pour commencer.

Puis, en 2011, la ville a fait l’acquisition de 5 caméras mobiles. 

Ces dernières peuvent être installées facilement, en seulement une heure, lorsque cela s’avère nécessaire. Par exemple, dans des endroits signalés à risque, temporairement. Ou encore en complément de dispositifs déjà existants, lors d’événements tels que concerts, foires, salons, expositions, matchs, etc…

Cet équipement a permis de retrouver les auteurs de plusieurs délits. 

Il faut savoir que les rues ne sont pas épiées en permanence par du personnel placé derrière des écrans. Les caméras enregistrent ce qui se passe dans le secteur où elles sont installées. Ces enregistrements sur disque dur, sont conservés 21 jours, puis détruits.

L’installation de ces caméras de vidéo surveillance est soumise à une autorisation préfectorale. Le public en est d’ailleurs informé par affichage, là où se trouvent ces caméras. Sur ces panneaux figure le numéro de la police municipale.
Seul un officier de police judiciaire peut demander à exploiter ces enregistrements, et pour une période précise.

Devant l’efficacité du système, la ville a décidé d’accroître son équipement.

En 2013, 17 caméras fixes et 3 mobiles ont été acquises. Et cette année, ce sont 23 appareils supplémentaires vont arriver.
A noter que ce système de vidéo protection peut également être mis à contribution dans le cadre d’enquêtes plus larges, notamment lorsque des véhicules recherchés sur l’autoroute passent ou sortent à Mâcon.

Quand à l’investissement : il s’élève à 500 000 euros pour 70 caméras, avec l’aide du Fonds Interministériel de la délinquance, qui participe à hauteur de 45%. Le coût d’une caméra est de 13.000 euros.


Reportage : Damien Boutillet et Romy Ho-a-Chuck.

Intervenants :
- Jean-Patrick Courtois : Sénateur maire de Mâcon (UMP)
- Brigadier chef principal Bruno Demiville : Police municipale de Mâcon
- Jacques Boucaud : Chef de file de l'opposition au conseil municipal de Mâcon (PS)